Covid-19 - Où voyager ?Découvrir
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Albanie

L'Albanie aujourd'hui : un pays apaisé

Relief d'Albanie

L'Albanie revient de loin ! Après avoir été un pays "moyenâgeux" issu de décennies d'une dictature maoïste, frappé par un sous-développement bien supérieur à n'importe quel autre pays d'Europe, et après avoir frôlé la guerre civile dans les années 1990, ce merveilleux petit pays méditerranéen et balkanique semble avoir trouvé une voie vers la modernité. Certes, avec beaucoup d'inégalités, de la pauvreté, des fonctionnements claniques et une mafia persévérants, mais avec bien plus de progrès qu'auparavant au cours de son histoire. Et avec, finalement, une stabilité politique et sociale. L’État a en effet rétabli son contrôle sur tous ses territoires, même dans le nord clanique, et le voyageur ne sera plus confronté à la criminalité mais à l'hospitalité incroyable des Albanais lors de son voyage en Albanie.

La normalité économique 

Aujourd'hui, si l'Albanie reste un des pays les plus pauvres d'Europe, elle a vu éclore une économie de marché souvent accompagnée d'un capitalisme sauvage, mais qui a permis l'émergence d'une classe moyenne urbaine, qui n'existait absolument pas avant les années 2000. Un tableau de 1995 indique qu'en Albanie, il y avait environ 900 habitants pour 1 voiture (alors que les plus mauvais chiffres pour les autres pays d'Europe sont d'environ 15 pour 1).

Le maoïsme d'Hoxha et Alia avait prescrit à tous de rouler à bicyclette. Aujourd'hui, les rues de Tirana ou de Durrës sont emplies de voitures ; de berlines Mercedes noires teintées en noir pour les acteurs de la réussite économique ; de vieilles voitures d'Allemagne, d'ex-Yougoslavie ou d'Italie pour les classes moyennes. Elles sont certes plus rares dans les campagnes, mais le niveaux de vie n'a plus rien à voir avec il y a 10 ans.

Les lumières de la vile

Autorité centrale et stabilité politique

Au milieu des années 1990, l'Etat central albanais a eu du mal à asseoir son autorité dans toutes les régions. Le très montagneux Nord était notamment en proie aux clans mafieux qui y sont plus puissants que les représentants de l'ordre. Ceci a été renforcé par le crash financier et politique de 1997, qui laissait entrevoir des éventualités de guerre civile ; les casques bleus durent intervenir. Les réfugiés albanophones du Kosovo vinrent apporter, malgré eux, une instabilité supplémentaire dans le pays. Tout ceci est difficile à croire aujourd'hui ! La démocratie semble maintenant fonctionner, et si la corruption et l'agissement des mafias sont loin d'avoir été éradiqués, en surface, les pouvoirs publics font appliquer la loi partout.

Envies de fête sans rupture

La nouvelle génération, celle qui a eu 20 ans dans le milieu des années 2000, a eu soif d'ouverture, de plaisirs, de consommation. Les cafés et restaurants se sont mis à pousser dans les grandes villes, la fête s'est invitée partout. Les Albanais se sont mis aux musiques urbaines, au cinéma, à la télé-réalité, aux jeux vidéos... Pour le meilleur et pour le pire, l'Albanie s'est sérieusement occidentalisée, à l'image des bâtiments modernes qui ont émergé, parfois dans l'anarchie, un peu partout. Mais elle n'a pas renié ce qui fait son essence, et son charme : ses traditions de convivialité, d'hospitalité, d'accueil, le sens de la famille et le respect des structures sociales ancestrales. Un joli mélange !

Nicolas Landru
264 contributions
Mis à jour le 23 mars 2016

Idées de circuits

  • Sport et aventure
Rafting et randonnées à Krujë
Env. 8 jours à partir de 960 €
  • Hors des sentiers battus
A vélo du Sud vers l'Est, une nature intacte
Env. 8 jours à partir de 1 180 €
rejoindre un groupe
  • Hors des sentiers battus
Le bijou des Balkans 
Env. 8 jours à partir de 690 €
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage