Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Tsitsernakaberd

Guide de voyage Arménie

Infos pratiques sur Tsitsernakaberd

  • Musées
  • Lieu ou Monument historique
5 / 5 - Un avis
Comment y aller ?
A 20 min à pied du centre d'Erévan
Quand partir ?
Toute l'année
Durée minimum
Un jour

Avis des voyageurs sur Tsitsernakaberd

Nicolas Landru Grand Voyageur
264 avis rédigés

Tsitsernakaberd est un incontournable d'une visite à Erévan. Le mémorial national du génocide arménienne est un lieu essentiel à la compréhension du pays et de sa culture. Bâtiment moderne et sobre, il invite au recueillement et à la méditation.

Mon conseil :
Prêtez attention au jardin du mémorial : ce sont des arbres ou plantes dédiées aux victimes du génocide par diverses personnalités du monde entier, dont les noms sont affichés au pied des plantes.
Mon avis

Quand on imagine quel fut le destin du peuple arménien au XXe siècle et tout ce qu'il a fallu de bouleversements pour que soit créée la République d'Arménie, Tsitsernakaberd ne peut qu'émouvoir. En mémoire des 1,2 million de personnes massacrées de manière systématique par le gouvernement turc de l'époque, le recueillement devant la flamme éternelle qui est au centre des douze stèles du bâtiment principal s'impose.

Sur une colline qui domine Erévan, le mémorial est vaste. Cela frappe d'autant plus si l'on sait qu'au départ, en 1965, le mémorial était prévu petit, puis s'est agrandi au fur et à mesure de sa réalisation, jusqu'à mettre les autorités soviétiques devant le fait accompli.

En arrivant à Tsitsernakaberd on découvre une vaste esplanade et un mur portant le nom des villages arméniens de l'Empire Ottoman où les massacres furent perpétrés. Au centre s'élève la flèche de granite, haute de 44 m, qui symbolise la renaissance de l'Arménie. Derrière elle, les douze stèles circulaires abritant la flamme, lieu de tous les recueillements. Et au sous-sol, un petit musée du génocide, avec des documents témoins. On en ressort chamboulé.