Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Autriche

L'Autriche actuelle : petit tour d'horizon du pays !

Entrée du village de Hallstatt

Si l’Autriche a une histoire mouvementée, aujourd’hui elle ne se met plus au devant de la scène. Son rayonnement passé ne se trouve plus que dans les musées, les cathédrales et les châteaux. Les folies belliqueuses des siècles précédents ont eu raison des Autrichiens qui se referment d’avantage sur eux-mêmes. Malgré des frontières avec 8 pays limitrophes, et son appartenance à l’Union Européenne, le pays tend vers une attitude politique très nationaliste. 

Politique : situation actuelle

Depuis 1921, l’Autriche est une république fédérale composée de 9 Länder : le Vorarlberg, le Tyrol, Salzbourg, la Basse-Autriche, la Haute-Autriche, Vienne, le Burgenland, la Carinthie et la Styrie. C’est un petit état qui n’a pas une grande influence sur la scène politique internationale, mais elle fait partie des trois pays à abriter l’ONU, en raison de sa neutralité. Déterminée en 1955 par une loi constitutionnelle, cette neutralité fait la fierté des Autrichiens ! Le pays, même s’il fait partie de l’Union Européenne, est un paradis fiscal, comme la Suisse.

Les deux principaux partis politiques d’Autriche sont le SPÖ (parti socialiste) et le ÖVP (parti conservateur). Dans les grandes villes, c’est, en général, le parti socialiste qui l’emporte. Le monde rural, lui, penche du côté conservateur. Ces deux partis forment une grande coalition, mais ils perdent régulièrement des voix au profit du parti écologiste et de l’extrême droite (FPÖ). Cette dernière est moins importante que dans les années 2000, lorsque le célèbre Haider (décédé depuis) est entré au gouvernement, ce qui a marqué le pays et les esprits sur la scène internationale. Le FPÖ a récolté, tout de même, 20 % des suffrages aux élections européennes de 2014, et dans la province du Burgenland, les socialistes ont été obligés de s’associer avec lui, après les élections régionales de 2015.

Une singularité du pays, héritée de la guerre civile de 1934 (entre socialistes et conservateurs), est que, dans chaque domaine, il existe deux types d’agences ou de clubs. Par exemple : dans les soins de premiers secours, on trouve la « Croix Rouge » (conservateur) et le « Arbeiter Samariterbund » (socialiste) ; dans la sécurité routière : « ÖAMTC » (conservateur) et « ARBÖ » (socialiste) ; dans les clubs de sport : « Union » (conservateur) et « Arbeiter Sportklub » (socialiste) etc.. Mais, aujourd’hui, leur signification politique est moindre.

Economie : l’Est et l’Ouest

L’Autriche est un pays riche, classé au 5e rang des pays les plus riches de l’U.E. en terme de PIB. Le taux de chômage est relativement bas, comparé aux autres pays de l’Union Européenne. L’alimentation coûte cher : c’est la plus onéreuse de toute la zone euro.

L’économie du pays se distingue entre l’Est et l’Ouest. L’Est, avec ses plaines, est plus industriel (avec des entreprises mondialement connues comme KTM ou Redbull) et plus agricole. L'ouest, plus montagneux (Tyrol et Vorarlberg), vit surtout du tourisme. A noter que la province du Burgenland est 100% autonome en terme d’énergie.

Le grand rival des Autrichiens est leur grand frère allemand : mais cela reste bon enfant, comme entre la Belgique et la France. (L’Autriche est encore très fière de ce que s’est passé à Cordoba, en Argentine en 1978, quand elle a battu les Allemands, détenteurs du titre mondial de football.)

L’Allemagne est toujours le partenaire économique principal de l’Autriche. 

Tourisme : culture et sports de plein air

L'Autriche est un pays vert et montagneux, berceau du ski alpin. Parcs naturels et biosphère protégée par l’Unesco, l’Autriche renferme des beautés qui attirent les amateurs de tourisme vert.

Le sport favori des Autrichiens est le ski ; le cadre s’y prête parfaitement. La plupart des Autrichiens sont d’excellents skieurs, quasiment nés sur des spatules. Dans les montagnes alpines, chaque petite vallée possède sa propre station de ski. C’est d’ailleurs dans le Vorarlberg qu’est né le ski alpin. Grâce à ses montagnes prestigieuses, son enneigement exceptionnel, le Tyrol reste la première destination touristique en Autriche. Pour des vacances sous le signe du sport, vous êtes à la bonne enseigne : ces dernières années, l’Autriche a connu une explosion des sports de plein air en été (escalade, rafting, randonnée, canyoning, VTT...) au détriment des sports traditionnels (comme l’athlétisme par exemple) qui deviennent moins populaires. Le football (à regarder) est encore bien apprécié : l’équipe nationale est sur la bonne voie, cette année, pour participer au championnat européen en France, ce qui serait le premier championnat européen de football auquel elle participerait sans en être l’hôte.

D’autres régions sont touristiquement attractives, surtout l’été, comme la Carinthie avec ses lacs, la bucolique région de la Wachau, le long du Danube, et celle des vins en Burgenland ou en Styrie.

L’Autriche, c’est aussi un tourisme culturel avec les villes incontournables de Vienne et Salzbourg, empreintes du souvenir de Sissi et de Mozart, dont l’effigie se retrouve même sur les chocolats. Les musées, les châteaux comme Schönbrunn à Vienne, sont riches du patrimoine exceptionnel légué par l’empire austro-hongrois. Les vieux centres de ces villes sont inscrits au patrimoine patrimoine mondial de l'UNESCO, tout comme celui de Graz.

 

Schönbrunn

Vienne et le reste du pays 

Il y a une nette différence entre Vienne (plus de 1,5 millions d’ habitants soit ¼ de la population du pays) et la deuxième ville d’Autriche : Graz, avec seulement 300 000 habitants. Les Viennois ont, par conséquent, tendance à penser qu’en dehors de Vienne, c’est la campagne ! D’ailleurs, les Autrichiens qui ne sont pas de Vienne caractérisent de snobs les Viennois.

Les jeunes générations de Vienne parlent un allemand quasi Hochdeutsch, alors que les dialectes sont largement présents dans le reste du pays.

Vienne, capitale de l Autriche, est une ville cosmopolite, au patrimoine culturel et historique fort. L’ONU y siège, tout comme les centres politiques, culturels et industriels du pays : pas étonnant qu’elle attire tous les habitants de l’Autriche. La campagne, dans les Alpes de l’Est, se désertifie, subissant des vagues d’émigration importantes de sa jeune population au profit de Vienne et des zones touristiques.

Les Autrichiens et les voyages 

Un pays sûr pour voyager : voyager en Autriche, c’est se sentir en sécurité, même dans une grande ville comme Vienne. Il n y a pas vraiment de quartiers à éviter la nuit, pas de petite délinquance : on ne vous piquera pas votre portefeuille, comme à Paris ou à Barcelone ; on n’essaiera pas, non plus, de vous arnaquer, comme en Italie. Dans les stations de ski, on retrouve ses affaires, que ce soit ses bâtons ou ses skis, laissés ou oubliés pendant plusieurs heures, voire une nuit !

Les Autrichiens ne voyagent pas beaucoup (il est rare de trouver une plaque d’immatriculation autrichienne sur les routes d‘Europe). Mais les jeunes sortent davantage du pays et la plupart sont capables de communiquer en anglais. Bien que certains partis d’extrême-droite atteignent 25% à 30% des voix, les Autrichiens sont en général accueillants envers les touristes, mais apprécient peu les immigrés (surtout à Vienne qui possède une communauté turque relativement importante). Le parti d’extrême-droite gagne des voix lors des débats incessants concernant le droit d’asile.

Population et célébrités

Le sentiment des Autrichiens envers leur pays est ambigu : ils sont, par exemple, excédés lorsque l’on parle politique et que rien n’avance dans le pays : on propose une idée, on la retire ensuite ! Mais, ils sont fiers de la beauté des paysages, de leurs champions de ski, qui remportent toutes les médailles aux jeux olympiques d’hiver : Karl Schranz, Hermann Maier, Marcel Hirscher & co, ou encore de leur accent qui se distingue de celui des Allemands. 

Avez-vous entendu parler de l’Autriche récemment, hormis de ses skieurs et des scores du parti d’extrême-droite ? Oui, faites un effort ! Conchita Wurst, ce travesti autrichien de 26 ans, qui a remporté l’Eurovision 2014 et qui a permis à Vienne, d’accueillir celle de 2015. Voilà, ce personnage, haut en couleur, est partout à l’affiche dans Vienne, sur des publicités de boissons ou de banques entre-autres ! On est loin des Strauss et Mozart du temps jadis...

Lisa Gaillard
119 contributions
Mis à jour le 1 décembre 2015

Idées de circuits

  • Incontournables
De Vienne à Salzbourg
Env. 6 jours à partir de 780 €
  • Incontournables
Vienne, période de bals
Env. 4 jours à partir de 750 €
  • Charme et insolite
Fêtes de fin d'année à Vienne 
Env. 5 jours à partir de 1 080 €
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage