Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

« Ca bouge à Bouja »

Bujumbura, ville d’environ 650 000 habitants, est la capitale du Burundi. Située au bord du lac Tanganyika, elle jouit d’un climat tropical agréable en dehors des mois d’été (mai à septembre) où les températures peuvent monter jusqu’à 35°C. C’est une ville à l’atmosphère provinciale et balnéaire, où il est agréable de passer du temps lors d'un séjour au Burundi.

Bujumbura, la capitale

De la population résidant à Bujumbura, les trois quarts environ habitent les quartiers périphériques. Le centre ville abrite les citadins les plus aisés, restaurants, magasins, banques et institutions gouvernementales. Cette configuration fait qu’on se repère très facilement en ville, même si l’envers en est une certaine ghettoïsation des plus pauvres.

La superficie de la ville, environ 87 km2, est d’une taille appréciable. Mais si l’on s’en tient au centre, où se trouvent tous les lieux d’intérêt touristique, sa taille est relativement réduite pour une capitale. A pied, on peut traverser Buja d’un bout à l’autre en 45 min environ.

Le gros avantage de cette ville est que, outre que l’on peut facilement s’y déplacer à pied, les rues n’étant pas bondées et les distance pas trop longues, elle offre énormément de moyens de transports différents, ce qui est toujours pratique quand on s’éloigne un peu du centre pour aller à la plage, au marché, à la Rusizi ou dans les quartiers populaires. Du plus cher au moins cher : les taxis, les taxis-motos, les minibus, les taxis-vélos.

Plage de Bujumbura

Les marchés de Bujumbura

Si vous aimez les marchés, vous avez choisi la bonne ville. Bujumbura en compte une cinquantaine. Marchés alimentaires, marchés aux tissus, marchés d’électronique, ou marchés de tout à la fois, il y en a pour tous les portefeuilles. Le marché central situé, comme son nom l’indique, au cœur de la ville connaît les plus gros échanges commerciaux. Construit dans les années 1990, ce marché couvert était constitué de petites boutiques intérieures. Très vite des vendeurs s’installèrent aussi au dehors. En 2013, le marché fut la proie d’un énorme incendie à propos duquel circulent de nombreuses rumeurs. Les dégâts étant trop importants, le lieu a été laissé à l’abandon. Depuis, les marchands s’installent comme ils le peuvent autour des ruines calcinées.

Un peu d’Histoire

A l’extrémité est de la ville, sur la colline de Kiriri, se trouvent deux monuments qui évoquent l’histoire politique du Burundi : le monument de l’Unité et le mausolée Rwagasore. Le premier, construit dans les années 1990, commémore la politique de l’Unité mise en œuvre par Buyoya. Le second a été érigé en honneur du prince Louis Rwagasore, figure emblématique de la décolonisation. De là, on bénéficie d’une vue imprenable sur la ville.

En centre ville plusieurs lieux de culte valent le coup d’œil, notamment la cathédrale Régina Mundi, qui est la plus grande église du pays, l’église orthodoxe, très bel édifice d’un blanc éclatant, et la mosquée, située dans le quartier asiatique, la plus grande du Burundi.

Le musée vivant, unique musée de la capitale, est en réalité un zoo. Outre les animaux, l’endroit accueille de nombreux kiosques qui vendent de l’artisanat local, mais aussi un grand parc où prennent place des évènements culturels, et la reconstitution d’un Rugo traditionnel.

A voir, à faire à Bujumbura

Si vous aimez vous baigner, faire la fête, vous régaler, faire des achats en tout genre, vous documenter, faire du sport, regarder des hippopotames au bain, tout est possible. La capitale offre toutes les ressources imaginables. Les grands hôtels de luxe avec piscine, golf et équitation sont nombreux à Bujumbura. Vous y trouverez aussi des restaurants d’un peu toutes les cuisines du monde, cabarets, karaokés et boîtes de nuit. Boutiques, supermarchés, foires et autres lieux de consommation n’en sont pas absents. Pour ce qui est du culturel, comme il n’existe ni théâtre national, ni cinéma, il faut se tourner vers l’Institut Français du Burundi, pour assister aux nombreux évènements qu’il organise tout au long de l’année.

Loleh Rustenholz
54 contributions
Mis à jour le 5 avril 2016