Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Ma rencontre avec un pêcheur sur l'île de Room

Jo, mon pêcheur, mon ami guinéen, bienveillant, humainement incroyable, cet article est pour toi et ton île Room qui m'a totalement adoptée. Room est un lieu hors du temps, alors si vous voulez vous ressourcer, c'est idéal.

Départ pour les îles de Los

Tout a commencé sur le port de Boulbinet à Conakry. Une folle agitation, mon sac lourd sur le dos, une chaleur écrasante et je ne savais pas bien où aller pour trouver les embarcations à destination des îles de Los. J'ai avancé au milieu des Guinéens qui tentaient de me vendre leurs poissons, j'ai avancé... et puis, perdue, j'ai accosté un "policier". Il m'a dit que c'était trop tard pour les bateaux de touristes (il était 17 h) et j'ai ainsi osé aller à la rencontre des pêcheurs sur le quai, du moins à sa rencontre... celle de Jo, chef de port de l'île de Room. Une fois face à moi, Jo m'a dit "tu veux aller où ?" et face à ma réponse pleine d'aplomb "comme toi", il m'a rétorqué, tout sourire : "toi, tu as de la chance ! Suis moi !".

Voilà comment commence mon escapade à Room. Embarquée sur le bateau avec les habitants de l'île, rempli de discussions endiablées, de rires, avec un coucher de soleil incroyable,  je ne comprends rien (ils parlent leur dialecte) mais je me sens déjà bien. Chacun a ramené des denrées de la capitale pour sa famille, le bateau est rempli de victuailles et quand on arrive sur l'île, les amis et les familles sont là pour nous aider à décharger. 

Rencontre familiale

S'est ensuivi ma première soirée familiale où j'ai rencontré la famille de Jo, où l'on m'a accueillie comme jamais ; on a discuté lui et moi une bonne partie de la nuit de la France, la Guinée, de nous, de nos différences culturelles, de notre vision de la vie. Il habite un petit village de l'île de Room où les maisons sont accolées les unes aux autres, comme une communauté, des va et vient incessants, on vit dehors, les enfants sont livrés à eux-mêmes. Le bonheur est bien là, simple.

 

Dans le village de Room

Durant mon séjour à Room, je suis restée à observer leur quotidien pendant des heures ; un quotidien chaleureux auquel on m'a mêlée. C'était aussi la première fois lors de mon voyage en Guinée que j'ai passé du temps avec les femmes guinéennes. Faire la cuisine, discuter, s'occuper des enfants ; de beaux moments partagés. 

Le lendemain, nous avons parcouru Room et Jo m'a commenté l'évolution de son île et l'impact de l'invasion de riches demeures sur leur sol. Belle petite île, une mer bleue et transparente où j'ai adoré me baigner sur une des deux plages ou dans les nombreux spots sauvages. Il y a des auberges de jeunesses qui ont des bars charmants où l'on peut se rafraîchir tranquillement.

Nous sommes montés un soir avec Jo au coucher du soleil, sur le point le plus haut de l'île. On fait face à un panorama sur les îles voisines : l'île de Kassa et celle de Tamara. Une soirée de confidences comme si on se connaissait depuis toujours. J'ai eu l'occasion d'aller visiter ces deux îles par la suite.

Matinée de pêche

Et puis, je ne peux oublier de vous conter ma matinée de pêche avec Jo et ses enfants... Armés de patience, nous avons récolté de nombreux poissons à la canne à pêche. Des poissons gros comme j'en ai peu vus dans ma vie ; que l'on a préparés soigneusement pour notre barbecue du soir. J'ai mangé du poisson pendant trois jours : un délice ! 

J'ai vécu une soirée de village, forte en chansons, en l'honneur des femmes. Belles en tenues traditionnelles, chantant à tue tête, dansant sans retenue, les Guinéennes ce soir-là avaient le monde à leurs pieds. Une énergie partagée par tout le village de Room : petits et grands ne formant qu'un. Inoubliable ! 

Vous l'aurez compris, les "au revoir" furent difficile tant je me suis sentie chez moi et les relations que l'on a créées, empreintes de confiance, existent aujourd'hui encore. 

Claire Guerin
124 contributions
Mis à jour le 6 avril 2016