Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

La question du handicap en Ouzbekistan

L’Ouzbekistan n’apparaît pas comme la destination idéale pour tout individu en situation de handicap. Un voyage dans de bonnes conditions est malgré tout possible.

Le rapport au handicap en Ouzbekistan

Les populations atteintes de handicap, physique ou mental, en Ouzbekistan souffrent encore de nos jours d’une incompréhension et d’un manque de structures adaptés. L’Etat, qui prend cette question du handicap au sérieux, multiplie les aides et protections sociales afin de sortir ces victimes d’un isolement et d’un rejet. De nombreux enfants ne sont pas scolarisés à cause de leur mobilité réduite et constituent un fardeau pour les familles souvent pauvres et impuissantes. L’accès à l’emploi est aussi un problème majeur ce qui pousse cette part de la population à vivre souvent dans des conditions précaires. A cela s’ajoute inévitablement, le manque de soins et de personnel formé à même d’informer et de comprendre cette réalité spécifique.

Accès au métro

Voyager en Ouzbekistan

Un séjour en Ouzbekistan risque de s’avérer bien compliqué pour les voyageurs handicapés. Il n’existe pratiquement aucune infrastructure adaptée en termes de transports et d’hébergements. Se déplacer peut s’avérer alors difficile, les transports en commun sont précaires et déjà pénibles pour toute personne en bonne santé. Les routes sont en mauvais état, défoncées et vraiment difficilement praticables.

Il existe toutefois certains hôtels équipés d’ascenseurs ou autre facilités mais en nombre assez restreint. Il est donc vivement conseillé, pour un séjour en Ouzbekistan, de se renseigner au préalable auprès d’agences spécialisés qui seront à même de vous fournir par exemple un véhicule adapté avec chauffeur.

Il semblerait que la question du handicap soit en phase d’amélioration et que de nombreux tour-opérateurs prennent conscience de la nécessité de fournir des prestations de qualité appropriées à un public handicapé.

Caroline Guibert
41 contributions
Mis à jour le 11 septembre 2015