Covid-19 - Où voyager ?Découvrir
Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Polynésie Francaise

La Polynésie Française aujourd’hui

Aperçu de Bora Bora

Depuis la loi du 6 septembre 1984, la Polynésie Française bénéficie du statut d’autonomie, encore renforcé en février 2004 par une nouvelle loi organique. La collectivité d’outre-mer polynésienne a ainsi la faculté de voter des « lois de pays » (soumises à un contrôle spécifique du Conseil d’État).

Les autorités de la Polynésie Française peuvent abroger et modifier des dispositions législatives ou réglementaires qui entrent dans leur champ de compétence de droit commun, c’est-à-dire définir leurs propres règles dans la plupart des domaines. L’état français conserve dès lors une compétence d’attribution recentrée sur ses missions régaliennes.

Les compétences locales polynésiennes sont renforcées. Mais la classe politique polynésienne est discréditée par des affaires politico-affairistes et une instabilité politique. Depuis les élections de 2004, la population aspire à un renouvellement de la vie politique, encore balbutiante, et à une meilleure gouvernance économique !

De l’importance des institutions de la Polynésie française

La première institution est celle du président de Polynésie Française. Il est élu pour cinq ans, compose le gouvernement et a le pouvoir de révoquer ses ministres. Le président représente la Polynésie Française, dirige l’action du gouvernement polynésien, de l’administration et est l’ordonnateur du budget. Il promulgue les « lois du pays » et signe les délibérations. Depuis 2014, Édouard Fritch est le nouveau président de Polynésie.

Le gouvernement polynésien se compose de 7 à 10 ministres qui se réunissent en conseil des ministres chargé collégialement et solidairement des affaires de la Polynésie Française. Il est l’exécutif de la Polynésie, arrête les projets de « lois du pays », les projets de délibération à soumettre à l’assemblée polynésienne et les mesures d’application nécessaires à leur mise en place. Le gouvernement polynésien est obligatoirement consulté par le ministre chargé de l’outre-mer ou par le haut-commissaire sur les projets de textes réglementaires métropolitains intéressant la Polynésie.

L’assemblée polynésienne vote le budget, approuve les comptes de la collectivité. Elle examine et adopte les projets de délibération présentés par le gouvernement polynésien et les projets de « lois du pays ». Elle donne son avis sur les projets de loi métropolitains qui introduisent ou modifient des dispositions applicables en Polynésie Française. Conformément au régime parlement classique, l’exécutif est responsable devant l’assemblée qui peut retirer sa confiance au gouvernement en votant une motion de censure. L’assemblée peut être dissoute par décret du président de la République, pris en conseil des ministres, à la demande du gouvernement local, lorsque le fonctionnement des institutions s’avère impossible.

Les cinquante-sept représentants de l’assemblée polynésienne sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct sur le modèle de scrutin à un tour des élections régionales (liste proportionnelle sur une seule circonscription divisée en sections). La liste qui a obtenu la majorité se voit attribuer un nombre de siège égal au tiers du nombre des sièges à pourvoir. En outre, l’assemblée élit son président chaque année.

Télécharger gratuitement le guide Polynésie Francaise à imprimer !
Au programme : conseils utiles, quand partir, informations pratiques...
Télécharger mon guide Polynésie Francaise

La vie économique polynésienne

La principale caractéristique de l’économie polynésienne est sa dépendance à l’égard de la France métropolitaine. D’où la volonté des pouvoirs publics de développer des ressources propres : tourisme et culture de la perle pour s’enrichir de devises ; pêche et agriculture pour la consommation intérieure et tenter de réduire les importations. Mais depuis le début des années 2000, le tourisme polynésien fluctue (croisiéristes et touristes terrestres) avec des pics de fréquentation en 2001 (près de 260 000 visiteurs) et une chute libre depuis 2007, marquée par une baisse notable en 2011 : moins de 160 000 personnes. Les marchés français, européens et japonais sont concernés, avec pour exceptions notables les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, dont les visiteurs sont en progression.

Malgré le coût du trajet, voyager en Polynésie française est un rêve à réaliser à la découverte d’un écotourisme en développement, d’une richesse culturelle à connaître, d’une destination idéale pour les amateurs de plongée sous-marine.

Jungle de Tahiti

La culture de la perle, quant à elle, ne se porte guère mieux. Le marché périclite, suite à la surabondance de l’offre, qui fait chuter les cours : de nombreuses fermes perlières de Tahiti ont cessé leur activité.

Les défis à venir sont nombreux, malgré l’un des PIB par habitant les plus élevés du Pacifique Sud, comparable à celui de l’Australie, mais qui reste artificiel car lié aux transferts financiers de l’état français.

Latéfa Faïz
306 contributions
Mis à jour le 4 août 2016

Idées de circuits

  • Charme et insolite
Entre terre et mer
Env. 10 jours à partir de 4 720 €
  • Incontournables
Délices de Moorea, Bora Bora et Tahiti en liberté
Env. 11 jours à partir de 1 570 €
  • Hors des sentiers battus
Tahiti, Moorea et les Marquises de Brel et Gaugin 
Env. 12 jours à partir de 2 910 €
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage