Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Covid-19 Evaneos vous informe
Russie

Les transports en Russie

Se déplacer en Russie est extrêmement simple, à partir du moment où l’on lit le cyrillique. Aussi, quelques notions élémentaires de russe semblent nécessaires. Le réseau des transports laisse tout d’abord un peu perplexe car les véhicules sont très vétustes et datent des années soviétiques, paradoxe intéressant lorsque l’on voit que les Russes ont désormais laissé derrière eux leurs fameuses ladas au profit de beaux 4x4.
Partir en Russie, c’est aussi se laisser bercer par le charme du Transsibérien, un des emblèmes du pays.
Que vous voyagiez en ville ou dans le pays, les transports en commun sont un bon moyen de découvrir la Russie ainsi que son peuple.

Les transports inter-urbains en Russie

Seules les grandes villes disposent d’un métro : Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk. Pour les villes plus petites, le réseau de transports est plutôt bien aménagé, avec les nombreux trolleybus, tramways, marchroutkas et taxis.

Vous ouvrirez sans doute de grands yeux à la vue de ces véhicules très archaïques, mais vous vous apercevrez vite qu’ils sont indispensables puisque tous les recoins des villes sont bien desservis.

Les trolleybus et les tramways disposent chacun d’un contrôleur (souvent contrôleuse) et sont peu chers (compter entre 14 et 20 roubles en moyenne).

Les marchroutkas sont des minibus. Aux heures de pointe, la marchroutka alors remplie, les personnes entrées doivent bien sûr régler. Cela vous semblera sans doute surprenant au tout début : les personnes entrées à l’arrière payent leur ticket en faisant passer leur monnaie d’une main à une autre et ainsi de suite. Puis le chauffeur renvoie la monnaie à rendre à la personne en faisant passer de mains en mains. Pas de fraude, pas de vol, tout se passe dans la confiance.

Marchroutka

Quant aux taxis, il en existe deux sortes : les officiels et les non-officiels (logiquement moins chers). Toutefois, faites bien attention à ces derniers qui peuvent flairer le touriste et essayer de l’arnaquer. Les deux sont faciles à distinguer : les premiers comme en France ont leur plaque sur la voiture alors que les autres ne l’ont pas.

Les transports urbains restent une expérience à vivre parfois déroutante puisque nombreux sont les Russes qui adoptent une conduite digne de chauffeurs de F1, qui plus est, sur des routes parsemées de nids-de-poule.

Se déplacer en train à travers la Russie

Dans un pays aussi grand que la Russie, le moyen de transport le plus rapide reste l’avion. Toutes les capitales des régions sont desservies. Toutefois, pour voir au plus près l’âme russe, le mieux reste de prendre le train.

Le réseau ferroviaire de Russie est assez populaire, notamment chez les étrangers, grâce au mythique transsibérien. Celui-ci se décline en trois branches : le transsibérien (Moscou – Vladivostok), le transmongolien (Moscou – Oulan Bator) et le transmandchourien (Moscou – Beijing).

Il faut compter une semaine pour se rendre de Moscou à Vladivostok. Et même en n’allant pas si loin, les trajets restent longs. Pensez donc à faire comme les Russes : un stock de provisions ainsi que des affaires confortables. L’ambiance dans le train est très chaleureuse, un peu comme à la maison ! Vous verrez donc souvent les Russes en chaussons ou en tongs. Dans les gares, vous trouverez de quoi vous réapprovisionner, surtout que le train peut y stationner pendant de longues heures (emploi du temps disponible dans chaque wagon). Sur les quais, les babouchkas vendent fruits et légumes, un kiosque propose de la charcuterie ou du thé. Dans le train se trouve toujours un samovar (n’oubliez donc pas vos sachets de thé et votre tasse !). Au fil des heures, on apprend à connaître ses voisins, on joue aux cartes, on lit, on boit des shots de vodka et l’on fait souvent de belles rencontres !

Ambiance dans le transsibérien en seconde classe

L’achat des billets de trains est assez simple, sur Internet, dans les hôtels ou directement en gare. Le prix du billet varie en fonction du wagon : platskart correspond à la seconde classe, tandis que kupé correspond à la première. Néanmoins, si le billet a été acheté sur Internet, il faudra passer à la gare un peu plus tôt (pour ne pas stresser et être dans l’urgence) afin de retirer l’original (soit à un guichet, soit à un automate).

Le transsibérien reste une ligne qui couvre les grandes distances. Aussi, pour se rendre dans des villes relativement proches, vous devrez prendre des trains peu confortables, avec des bancs en bois : les elektrichkas. Cependant, ces trains sont peu répandus dans les villes éloignées de Moscou ou Saint-Pétersbourg. Le bus restera alors le seul moyen de transport possible. Bien que très longs, leurs prix sont très bas.

Marie Cavalié
28 contributions
Mis à jour le 2 mai 2016

Idées de circuits

  • Hors des sentiers battus
Saint-Pétersbourg authentique, en hiver
Env. 7 jours à partir de 910 €
  • Hors des sentiers battus
Saint-Pétersbourg et la Carélie authentique
Env. 8 jours à partir de 1 350 €
  • Incontournables
Découverte de Saint-Pétersbourg et sa culture
Env. 7 jours à partir de 960 €
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage