Destinations
Autres destinations au Moyen-Orient
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Déchiffrez les manuscrits de la mer morte à Qumran

Qumran est un lieu unique, car c’est dans ces grottes qu’ont été retrouvés les fameux manuscrits de la mer morte. Mais que représentent ces reliques sacrées et que nous ont elles dévoilé de l’histoire biblique ?

Ces 870 manuscrits ont été rédigés - selon les suppositions des historiens sans preuve formelle - par les Esseniens, entre le IIIe siècle av JC et le Ier siècle ap JC, soit un témoignage de l’histoire biblique inférieur de plusieurs siècles aux écrits qui étaient connus jusque là.

Comment ont-ils été découverts ?

Tout commence en 1947, lorsqu’un berger bédouin parti à la recherche d’une bête égarée dans la campagne aride des alentours du village trouve des jarres très anciennes dans une grotte, avec dans la plupart d’entre-elles des rouleaux de cuir et de papyrus bien conservés, enveloppés dans une toile. Emmenés à un antiquaire de Bethléem, ils finiront chez un archéologue israélien nommé Eleazar Sukenik, qui dévoilera l’importance de cette trouvaille au monde entier. 

Toutes les grottes de la région sont alors explorées à la recherche de nouvelles jarres contenant des fragments de manuscrits, et onze d’entre-elles révèleront de nouveaux rouleaux bien conservés comme des milliers de fragments de phrases et de mots, formant un puzzle complexe à déchiffrer. 

Au total, 870 manuscrits ont été retrouvés entre 1947 et 1956 en 15 000 fragments. Le plus spectaculaire est le livre d’Isaïe, dont le texte est écrit en 54 colonnes sur 17 feuilles de cuir connues, à la main, sur une longueur de près de 7,30 m !

Il fallut ensuite près d’un demi-siècle pour les déchiffrer et s’accorder sur les transcriptions et traductions. Mis quelle découverte excitante pour l’Humanité ! L’ensemble des 39 volumes est publié par les éditions Oxford University Press.

Qumran

Quelle est leur histoire ?

Grâce aux témoignages des premiers historiens de l’histoire de l’Humanité comme Pline l’Ancien et surtout Flavius Josèphe, l’existence d’une communauté de Cénobites nommés Esséniens apparait dans cette région à cette époque. Il s’agit d’une sorte de secte juive dissidente vivant suivant un mode de vie très austère, selon les prescriptions de la Torah, célibataires et végétariens. Les ruines d’un site de vie communautaire et religieuse ont été retrouvées à proximité, permettant de penser qu’il s’agissant là de leur lieu de retraite.

Les experts s’accordent à dire que les rouleaux rédigés à des époques totalement différentes ont été cachés ensemble, fort probablement durant la grande révolte juive de la conquête romaine entre 68 et 70 ap. JC., juste avant la chute de Jérusalem. S’il existe bien évidemment des détracteurs de cette théorie sans preuve réelle, de nombreux indices convergent. Par exemple, les dates d’occupation du site correspondent assez bien à celles des documents, et le mot « yahad » qui signifie « commune » en hébreux a été retrouvé sur un mur d’enceinte, recoupant le titre d’un des grands manuscrits qui semblait détailler les règles de la communauté.

Quel est leur contenu ?

Quasiment tous les textes sont en hébreux, mais certains ont néanmoins été rédigés en grec. Sur les 870 manuscrits retrouvés, 220 sont des textes bibliques de la Bible hébraïque, quasi complète (seul manque le livre d’Esther). Outre l’ancien testament, des livres apocryphes sont été retrouvés (c’est à dire non reconnus comme partie biblique aussi bien par les Chrétiens que par les Juifs), notamment le livre d’Enoch et le livre des Jubilés. Le plus passionnant est sans doute la part de manuscrits contenant des commentaires sur ces textes ainsi que les textes propres à la communauté juive de Qumran comme le Rouleau du temple et le règlement de la communauté, qui nous donnent une autre perspective sur l’histoire très reculée de ces érudits religieux.

Camille Griffoulieres
225 contributions
Mis à jour le 5 avril 2016