Destinations
Autres destinations au Moyen-Orient
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

La région du Fars : à la découverte de l'Iran antique

La province du Fars constitue le cœur historique de la Perse et offre aux amateurs d’histoire et d’antiquité les sites les plus intéressants du pays. De Pasargades et Persépolis, les capitales de l’empire achéménide, jusqu’à Firouzabad et ses ruines Sassanides, on est entrainé sur les traces d’Alexandre le Grand et des envahisseurs arabes qui conquirent ces deux immenses empires.

Capitales achéménides, patrimoine de l'humanité

Depuis leur région d’origine du Fars, les Achéménides, dynastie fondée par Cyrus le Grand en 550 avant notre ère, étendirent leur empire de la Méditerranée orientale et de l’Égypte jusqu’à l’Hindus. Cet empire est considéré comme le premier empire pluri-culturel à avoir respecté la diversité des peuples qui le constituaient. Sa première capitale fut établie à Pasargades, à 1h30 de route de Chiraz. Les ruines de cette ville offrent encore au visiteur le mausolée de Cyrus II, le Tall-e Takht, une terrasse fortifiée, et un ensemble royal composé de vestiges d’une porte, d’une salle d’audience, du palais résidentiel et du jardin. Le jardin royal créé ici au VIe siècle avant notre ère servit de modèle pour l’architecture de toute cette région du monde, qui se retrouve par exemple à Ispahan.

Après Pasargades, il faut se diriger vers la seconde capitale achéménide, Persépolis, fondée par Darius Ier en 518 av. JC. Construite sur une terrasse artificielle surplombant la plaine de Marvdasht, les imposantes colonnes et portes monumentales en imposent encore au visiteur. Capitale administrative d’un empire culturel régnant sur des Grecs, Egyptiens, Babyloniens, Arméniens, Cappadociens, Scythes, Indiens, Arabes et de nombreux autres peuples, dont la diversité se retrouve sur les bas-reliefs du site, Persépolis offre à la visite des bâtiments aux fonctions précises : palais, lieu de culte, trésor, salles de réception. Un petit musée au cœur du site permet de mieux comprendre la vie dans cette ville à cette époque. Il faut absolument terminer cette journée de visite en poussant jusqu’aux tombes royales achéménides de Naqsh-e Rostam (5 km). Ces 4 ombres situées à flanc de falaise, à une vingtaine de mètres du sol, offrent un spectacle saisissant et une série de bas-reliefs achéménides et sassanides au bel intérêt historique et artistique.

Sassanides : quand l'histoire iranienne rencontre les empereurs romains

Conquis par Alexandre le Grand en 330 avant notre ère, l’empire achéménide laisse place durant le 4 siècles suivants à une succession d’empires plus modestes, sous les Séleucides et les Parthes, avant la reconquête des territoires achéménides par une autre dynastie persane, les Sassanides, eux aussi originaires de la province du Fars.

A 115 km au sud de Chiraz, Ardashir, leur premier empereur, fonda la ville de Firouzabad (appelée Ardashir Khurah ou Gour à l’époque). Cette ville fut construite selon un plan circulaire de 2 km de diamètre et était entourée d’un fossé de 50 m de large. Abandonnée à l’époque musulmane, on peut toujours y visiter un temple du feu zoroastrien, le palais d’Ardashir et une citadelle voisine, le château de la vierge, qui domine la plaine environnante depuis 1800 ans. Dans la province du Fars se trouvent également les anciennes villes achéménides et sassanides de Bishapour et Sarvestan. Fondée par Shapour, le seul dirigeant à avoir capturé un empereur romain (Valérien, la scène est commémorée à Naqsh-e Rostam), Bishapour offre de rares exemples de mosaïques irano-romaines.

Fabien Dany
25 contributions
Mis à jour le 8 avril 2016
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage