Nous restons à votre écoute du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00
Mon espace personnel
Service voyageur
Nous restons à votre écoute du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00

A la découverte des derniers Indiens Kalinagos

Les Kalinagos, Amérindiens d'Amérique du Sud, sont arrivés à la Dominique au XIVe siècle. Ils l'ont appelée Waitukubuli ce qui signifie « son corps est grand ». Avec la colonisation, ils furent confinés dans le nord-est de l'île, une région très escarpée.

Culture des Indiens Kalinagos

Une des premières règles des Kalinagos est l'appartenance au territoire et à la paternité. Ce qui signifie en clair, qu'un homme Kalinago peut épouser une femme qui n'est pas de la tribu, la ramener au village même si elle a des enfants. Toute la famille sera admise et reconnue comme des Kalinagos. A l'inverse, si une femme épouse « un étranger », elle devra quitter le village. La propriété du sol est commune et chacun peut choisir où bâtir sa hutte et où créer son jardin. Après trois ans de culture, le jardin est laissé à l'abandon et redevient propriété commune. Les Kalinagos cultivent du manioc, des choux, des ignames, des patates, de l'arbre à pain, des bananiers, des cocotiers afin de subvenir à leurs besoins. Ils font aussi pousser de nombreuses plantes qu'ils utilisent de manière médicinale.

Ce n'est qu'en 1903 que la Grande Bretagne attribue un territoire de 3700 acres aux Indiens Caraïbes. Aujourd'hui, ils sont près de 3500 à vivre sur cette partie de l'île de la Dominique. De ce territoire, constitué par huit villages, ils ont fait de Salika le principal. Celui-ci est constitué d'un centre administratif, du centre du conseil Caraïbes, d'une école, d'un dispensaire, d'une église catholique et de commerces. Bataka, Sineku et Kalinago Barana Autê sont les autres villages les plus connus.

L'église de Salika dans le territoire des Kalinagos

Visite

La découverte de ce peuple, unique aux Antilles, vous laissera sans nul doute un des plus beaux souvenirs de votre séjour à la Dominique. Vous pouvez partager un repas avec eux ou passer une nuit ou plus dans leurs maisons pour mieux les connaître.

Ils ne sont pas avares de leur savoir. J'ai assisté à la confection du pain à la cassave (le manioc). En fait, une fois le manioc lavé, il est râpé très finement pour ressembler à de la farine et mélangé à de la noix de coco. Il cuit sur un feu de bois. Personnellement, j'ai trouvé cela délicieux. La préparation des mets traditionnels et surtout la dégustation permet de goûter à une cuisine un peu différente de celle du reste de l'île. Passer une nuit dans une de leurs huttes sur pilotis est une expérience. On se prend pour Robinson !

La vue est superbe sur la mer et la côte déchirée. Il est très instructif de découvrir les plantes médicinales en discutant avec les Indiens qui connaissent beaucoup de remèdes.

Artisanat

Les Kalinagos vivent de l'artisanat. Ils tressent, de manière ancestrale, de magnifiques paniers de différentes couleurs. Ils dessinent également sur des calebasses et en font des objets utiles et décoratifs. Ils commercialisent les plantes médicinales qu'ils conditionnent dans des sachets et fabriquent diverses boissons. Ils sculptent également des masques et des pots dans des racines de fougères qui sont très noires.

Généralement, sous un carbet, vous pouvez assister à certaines danses traditionnelles.

Cathy Trichet
181 contributions
Mis à jour le 7 avril 2016