Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Abaj Takalik

Guide de voyage Guatemala

Infos pratiques sur Abaj Takalik

  • Lieu ou Monument religieux
  • Site Archéologique
  • Lieu ou Monument historique
3 / 5 - 2 avis
Comment y aller ?
A environ 1 h de route de Quetzaltenango
Quand partir ?
Toute l'année
Durée minimum
Une demi journée

Avis des voyageurs sur Abaj Takalik

Mikaël Faujour Grand Voyageur
37 avis rédigés

Un des grands oubliés du lieux du tourisme archéologique au Guatemala

Mon conseil :
Le lieu, très, très modeste, n'est à conseiller qu'aux amoureux d'archéologie préhispanique ou à ceux dont le séjour serait long
Mon avis

Situé dans le département tropical de Retalhuleu, au sud-ouest du pays, Takalik Abaj est un site archéologique maya singulier au Guatemala, en ce qu'il présente un héritage olmèque (et la marque d'une longue présence olmèque avant celle des Mayas) et, avec ses quelque 3500 ans d'existence, est le plus ancien du pays... et où se tiennent encore des cérémonies mayas, ce qui en fait un site encore bien vivant.

J'ai personnellement beaucoup aimé la visite guidée, particulièrement intéressante, cela sous le climat très chaud de ce que les Guatémaltèques nomment "la côte" (région tropicale côtière et son arrière-pays).

Le site et ses monuments sont de proportions très modestes. Il faut se souvenir en effet que, d'une part, tous les sites archéologiques du pays ont été désertés durant des siècles, avant ou consécutivement à l'invasion espagnole ; et que, d'autre part, beaucoup ont été ravagés délibérément par les envahisseurs lors des guerres et de la colonisation. Rien, donc, à Takalik Abaj qui approche en monumentalité les stèles de Quiriguá, les temples de Tikal ou Palenque, ni l'excellente conservation des stèles de Copán, par exemple : et c'est bien pour cela que le site est rarement inclus dans les voyages au Guatemala.

Je conseille la visite de ce site surtout lors d'une découverte du département de Retalhuleu, voire lors d'un parcours le long de la côte pacifique, de préférence pour les passionnés d'archéologie, qui auraient lu sur le sujet, ou ont l'opportunité d'être accompagnés, comme je le fus, d'un bon guide.

A noter : inscrit depuis 2002 à la liste consultative du Patrimoine mondial de l'Unesco, son inscription à celui-ci est une priorité. En septembre 2014, la Vice-ministre du patrimoine culturel et naturel allait d'ailleurs présenter à Paris les avancées du dossier. Il s'agira de voir en juin 2015, lors de l'actualisation annuelle du Patrimoine mondial, si Takalik Abaj devient le quatrième site guatémaltèque Unesco.

Perrine J. Grand Voyageur
56 avis rédigés

Takalik Abaj est l’un des rares sites archéologiques toujours visibles sur la côte pacifique guatémaltèque, dans la région tropicale de Retalhuleu.

Mon conseil :
Profitez de ce petit détour par la région de Retalhuleu pour visiter l’une des nombreuses « finca » de café des environs. La Finca Santa Elena sur la commune de San Felipe à trente minutes de Tanakil Abaj est celle que je préfère.
Mon avis

A l’écart de tous les grands sites mayas généralement inclus dans les itinéraires de voyage au Guatemala, les ruines de Takalik Abaj se trouvent à proximité de la côte pacifique, dans le département de Retalhuleu. Constituant autrefois un important carrefour commercial, seule une partie du site est aujourd’hui accessible, la grande majorité des bâtiments restant enterrée sous la végétation. Me baladant entre ses stèles et bâtiments et j’y ai aperçu d’intéressantes sculptures dont les formes rappellent les arrondis caractéristiques de la culture Olmèque, un élément propre au site de Takalik Abaj que l’on ne retrouve que dans quelques endroits du Mexique.

J’ai également profité de cette visite pour découvrir le processus de fabrication du café à la passionnante Finca Santa Elena, à quelques kilomètres de là. Cette exploitation tenue par un couple américano-guatémaltèque possède la particularité de produire également du miel ainsi que des bananes séchées. De plus, les propriétaires ayant vécu une bonne partie de leur vie en Provence, la visite peut être effectuée en Français.