Mon espace personnel

Uluru

Guide de voyage Australie

Infos pratiques sur Uluru

  • Rencontres locales
  • Point de vue
  • Etape de randonnée / Trek
  • Désert
  • Lieu ou Monument religieux
  • Artisanat
  • Tourisme Responsable
  • Patrimoine Mondial de l'Unesco
  • Indispensable
4 / 5 - 4 avis
Comment y aller ?
A 5 h de route d'Alice Springs
Quand partir ?
Toute l'année
Durée minimum
2 à 3 jours

Avis des voyageurs sur Uluru

David Debrincat Grand Voyageur
896 avis rédigés

A 450 km d’Alice Springs,  Uluru est un énorme monolithe rouge. C’est le lieu le plus sacré pour les aborigènes qui le considèrent comme le nombril du monde.

Mon conseil :
Uluru est un site d’une beauté unique et inégalable. Au coucher du soleil la roche vire du rouge au violet et le spectacle de la nature devient alors saisissant et bouleversant.
Mon avis

Malgré son isolement en plein centre du pays, Uluru est un incontournable lors d'un séjour en Australie. C’est un lieu de pèlerinage pour les aborigènes qui voient en ce gigantesque monolithe le nombril du monde.

Je vous conseille la marche qui fait faire le tour complet du rocher. Prévoir beaucoup d’eau car la chaleur est souvent écrasante le long des 9,4 km de promenade. En tournant ainsi autour du monolithe j’ai découvert des peintures rupestres et bien sûr j’ai pu admirer Uluru sous toutes ses faces. Des panneaux interdisent de photographier certains passages sacrés. A respecter scrupuleusement, les rangers ont des yeux partout. Concernant l’ascension d'Uluru qui semble faire la joie d’un grand nombre de touristes, je vous la déconseille fortement. Je vous épargne l’argument paternaliste du nombre d’accident tous les ans. Seulement Uluru est un site extrêmement sacré. Les aborigènes eux-mêmes s’interdisent de l’escalader. Pour une simple question de respect, ne montez pas.

Julie Sourdois Voyageur
Mon avis
Après avoir parcouru les 13330km qui séparaient Adelaïde de Uluru dans un van où il faisait environ 1000 degrés, nous sommes arrivés face à ce mythique et énigmatique rocher, symbole de tout un pays. Beaucoup vous dirons que ce n’est « qu’un rocher », mais dis donc quel rocher ! Surtout quand on ressent tout le poids de ce qu’il représente pour la culture Australienne et surtout Aborigène. Levez-vous à l’aube pour admirer le lever de soleil sur la pierre rouge, profitez ensuite de votre journée pour vous promener autour de Uluru, ainsi que pour voir les Mont Olga qui se situent à quelques kilomètres, et le soir, finissez votre journée en beauté avec le coucher de soleil sur Uluru. Je ne regrette pas avoir roulé pendant des heures pour vivre un moment dans le Red Center où l’on se sent tout petit sur une terre si belle.
Lisa Gaillard Grand Voyageur
120 avis rédigés

Dans le parc national de Uluru-Katja Tjuta, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, Uluru est un monolithe géant de couleur pourpre, de 3,6 km de long, culminant à 863 mètres. Emblème de l’Australie, Uluru est sacré pour la tribu des aborigènes Anangu.

Mon conseil :
Découvrez Uluru au lever ou au coucher du soleil depuis les différents points de vue créés à cet effet. Informez-vous sur la culture aborigène, au centre culturel d’Uluru-Kata Tjuta. Faites la Mala walk. N’oubliez pas les Monts Olgas à 30 km d'Uluru.
Mon avis

J’ai hésité un peu avant d’envisager de me rendre à Uluru lors de mon voyage, pour la simple et bonne raison qu’il est situé en plein milieu de l’Australie. Or, je me suis aperçue que le rocher et les Monts Olgas valent bien tous ces kilomètres dans le plat désert : plus on approche du monolithe, plus la végétation change, nous entraînant dans un agréable tournis chromatique : terres rouges, champs verts, puis champs jaunes, puis sable rouge et arbres noirs calcinés. Pour voir le rocher vous devez payer un droit d’entrée dans le parc national Uluru-Kata Tjuta. Juste à l’extérieur du parc, vous trouverez divers moyens d’hébergement à Yulara (20 km d’Uluru), qui a le monopole du gîte et du couvert. C’est loin d’être le plus beau complexe du monde, mais si vous campez, alors le prix est encore raisonnable et personnellement cela m’a bien dépannée. En entrant dans le parc, vous foulez une terre culturelle et sacrée pour les aborigènes. Pour mieux les connaître, à un kilomètre d’Uluru, ne ratez pas la visite du centre culturel. Celui-ci retrace l’histoire de la région et présente aussi l’art et la culture aborigène, avec la possibilité d’acheter des pièces d’origine.

La découverte d’Uluru se fait d’abord depuis la route. En fin de journée, celui-ci est dans les tons brun foncé ; il se détache de l’herbe jaune et au coucher du soleil, il devient rouge ! Pour le voir, au matin, je me suis levée à 4h15, et le parking du point de vue était déjà bondé. Quand Le soleil pointe le bout de son nez, le spectacle flamboyant commence ! Difficile alors de prendre en photo « la bête », sans avoir une tête devant mon objectif. Mais avec un peu de patience, les touristes partent assez rapidement (quand j’y étais, il n’y avait déjà presque plus personne 20 min après le lever du soleil). Je vous conseille vivement de vous approcher de cette roche magnifique. Si vous avez du courage, vous pouvez faire le tour du rocher (Base Walk : 10 km tout de même !) ou alors, faire comme moi la Mala Walk : 2 km aller-retour ; une randonnée assez courte (évitez le plein après-midi, quand il fait 40 degrés). Vous pouvez prendre un guide, bien que la faune, la flore et l’histoire des aborigènes soient bien expliquées par des panneaux le long du sentier et au centre culturel. Au pied de ce pachyderme rocailleux, on se sent vraiment minuscule ! Par endroit, ses pentes sont abruptes, par d’autres, elles se font plus douces. Lors de la promenade, on découvre des grottes avec des peintures rupestres, des vallées, des marmites, des proéminences, et un lieu pour recueillir l’eau au pied du rocher. On suit l’histoire des aborigènes et leurs traditions par ce sentier fléché. Certains lieux d’Uluru sont sacrés : les photographies y sont interdites. Sous la pluie, le rocher doit être magique avec toutes les rigoles noires marquées au fil du temps : il se transforme paraît-il en une véritable fontaine.

Avant, les gens escaladaient Uluru, ce qui était non seulement dangereux, (pente abrupte, vent violent, chaleur), mais aussi considéré comme une profanation pour les aborigènes et un non respect de leurs traditions. Aujourd’hui, il est toujours possible de le faire par temps clément, même si le centre le déconseille fortement (de nombreuses personnes sont décédées en essayant de le gravir). Je fus même étonnée de trouver, dans le centre culturel, un livre du pardon, destiné aux personnes qui souhaitent s’excuser, auprès de la communauté aborigène, d’avoir escalader le monolithe. Il y a également un livre qui demande votre signature et votre nom, si vous faites partie de ceux qui ne l’ont pas escaladé. Je suis tombée sur le récit d’un Suisse qui s’excusait d’avoir emmené une pierre d’Uluru chez lui et qui était revenu pour la rapporter. Il écrit qu’il ne s’était pas rendu compte, à l’époque, de l’importance de cette culture.

Pour un dépaysement total au cœur du pays des aborigènes, ne ratez pas Uluru lors de votre voyage en Australie.

Carlos Ferrer Voyageur
37 avis rédigés
Mon avis
Uluru est une ville de l'Outback en Australie. Le bon plan est aller en 4x4 avec des amis, c'est une experience formidable. Montagnes rouges, desert à la américaine, et beaucoup de chaleur !

Circuits et séjours Uluru