Mon espace personnel

La nature à l'état brut à Semonkong

Au cœur d’un pays déjà très isolé, le site de Semonkong est remarquable bien que difficile d’accès. Gros plan sur une région où la nature est brute et sauvage.

Une terre isolée

Faisons un premier point. Si vous vous êtes un jour décidé à partir en voyage au Lesotho c’est sûrement parce que vous êtes à la recherche d’horizons nouveaux. Après un minutieux examen d’une carte de du monde, vous vous êtes demandé ce qu’était ce petit point en plein milieu de l’Afrique du Sud. C’est le Lesotho, surnommé aussi le « pays dans les nuages », une terre isolée trop souvent ignorée des classiques circuits touristiques. C’est décidé, c’est ici que vous voulez aller. Et tant qu’à faire dans le lointain et le perdu, je ne peux que vous conseiller une fois sur place de vous rendre en plein centre du pays, sur le site naturel extraordinaire de Semonkong.

Le pays regorge de régions fabuleuses aux paysages grandioses, Semonkong est l’une d’elles. La nature est ici sauvage et à l’état brut. Il est impossible de décrire le site avec d’autres mots tant la nature est ici somptueuse et omniprésente.

 

A Semonkong

Des trésors cachés

Dans ce petit coin de paradis, que l’on atteint par une piste en mauvais état, se cachent de véritables trésors. Ils se laissent découvrir au cours de superbes randonnées qui n’ont de cesse que de vous faire admirer des panoramas réellement extraordinaire. Les possibilités de promenades sont infinies et il ne fait aucun doute que les sentiers auront le dessus sur vos jambes avant même que vous ne les ayez tous parcourus.

Si vous décidez de prendre la direction des gorges, il est plus prudent de vous faire accompagner d’un guide. Le chemin peut être dangereux voire même impraticable quand il a plu. Le canyon vous entraine jusqu’aux chutes de Ketane hautes de plus de 120 m. En un mot, sublime.

Vous voulez du plus haut, du plus fort et du plus beau ? Prenez alors la direction des chutes de Maletsunyane. Levez la tête bien haut, elles tombent de plus de 200 m. Les plus téméraires pourront même se lancer dans la descente en rappel la plus haute du monde. Ni plus ni moins.

David Debrincat
896 contributions
Mis à jour le 7 avril 2016