Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le tereré, plus qu'une boisson, une religion

Vous ne connaissez pas encore le tereré… Il va falloir goûter au cours de votre voyage au Paraguay. Peut-être, sans le savoir, en avez-vous déjà eu un petit aperçu. En effet, si vous avez par le passé un peu voyagé en Amérique du sud, il y a des chances que vous connaissiez déjà le maté. Cette infusion traditionnelle de la culture guarani est en effet consommée aussi bien en Argentine, qu’au Chili, en Uruguay, au Brésil, en Bolivie et au Paraguay. Il paraîtrait même qu’elle a fait de nombreux adeptes jusqu’au Liban et même en Syrie.

Une infusion ancestrale

Pour préparer cette boisson on utilise une plante nommée yerba mate. Le fait que l’on appelle parfois cette boisson le « thé des Jésuites » (c’est eux qui en encouragèrent la culture) n’est pas sans rappeler, au vu de l’histoire du continent, les liens étroits qu’elle entretient avec ce petit pays qu’est le Paraguay. La yerba mate est une espèce proche du houx que l’on trouve par chez nous, c’est-à-dire du genre ilex et de la famille des aquifoliacées. On en conserve les feuilles, qui sont par la suite torréfiées avant d’être réduites en poudre. Elles donnent alors naissance, par infusion, à la boisson stimulante la plus populaire de l’Amérique du sud : le maté.

Une boisson à boire à la paille

Le maté a pour propriété principale de stimuler le système nerveux central. Cardiotonique mais également diurétique, cette boisson est très bonne pour la santé. On prétend même qu’elle lutte efficacement contre le cancer. Traditionnellement consommée chaude, elle connaît cependant quelques variantes, notamment au Brésil et plus encore au Paraguay où elle est également fréquemment dégustée fraîche. On l’appelle alors justement tereré et c’est la fameuse boisson que je vous encourage vivement de consommer, pour vous la jouer façon locale, surtout en période de canicule.

Car si le téréré est apprécié pour son amertume et son goût puissant, c’est également sa fraîcheur qui en fait une boisson populaire, particulièrement dans un pays comme le Paraguay où la chaleur est parfois difficile à supporter. Ensuite, pour rester dans la tradition jusqu’au bout, je devrais préciser que si le maté se boit dans une espèce de calebasse souvent décorée, le téréré, lui, se consomme plutôt dans la guampa : une sorte de corne transformée en récipient. Dans les deux cas il faudra vous équiper de la fameuse bombilla, une drôle de paille qui fait également office de filtre. J’en profite pour rajouter que c’est une excellente idée de souvenir à (se) ramener du Paraguay – c’est d’ailleurs ce que j’ai fait – les récipients étant souvent très joliment décorés ou sculptés.

Fabrication de téréré

Le verre de l'amitié

Enfin, qui dit tradition, dit souvent rituel. En vous baladant à Asuncion, il n’est pas impossible que vous tombiez sur quelques gauchos (les fameux gardiens de troupeaux) réunis en cercle et se passant la calebasse de main en main dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. C’est que cette boisson est synonyme de fraternité. En répétant ce geste, les bergers invitent, paraît-il, le temps à passer plus lentement. C’est peut-être là une des raisons qui fait que les heures paraguayennes ont l’air de s’étendre bien plus que par chez nous.

Dans tous les cas, je suis certaine que vous croiserez un grand nombre de gens en train de déguster leur tereré (sinon leur maté) directement dans la rue. Vous verrez aussi parfois les gens le préparer dans un coin du marché local, sur un bout de trottoir ou même sur le bord d’une route comme cela m’est arrivé en périphérie d’Asunción. Pas de doute, cette boisson est ici une véritable institution !

Marie-Aurélie Graff
69 contributions
Mis à jour le 5 avril 2016