Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Hors des sentiers battus, la surprenante Détroit

Si la ville n’est plus si violente que par le passé, on vous conseille quand même d’éviter de vous y aventurer seul, et de la visiter en voiture, moins du fait de la violence que du système de transports publics minimum et inefficace.

Le centre-ville, centre artistique et musical

Au sud de la ville, le centre-ville de Détroit offre plusieurs sources pour découvrir la culture et l’histoire de la ville. La plus importante, sur l’avenue Woodward qui porte le nom du juge qui a conçu le plan de la ville nouvelle reconstruite après l’incendie de 1805, est le Detroit Institute of Art. Ce musée possède une collection impressionnante d’œuvres d’art et d’artisanat de toutes les époques, et des fresques murales de l’artiste mexicain Diego Rivera.

Diego Rivera, Detroit Industry

Commissionné par les usines automobiles Ford en 1932, alors que l’industrie automobile faisait encore de Détroit une des villes les plus glorieuses des Etats-Unis, la fresque intitulée Detroit Industry est un exemple exceptionnel de subversion artistique. Dans cette œuvre, le marxiste Rivera n’a pas manqué de représenter en filigrane les dangers potentiels pour les êtres humains et la nature de l’industrie moderne et de son productivisme capitaliste.

A quelques pas du DIA, on peut visiter le musée d’art contemporain de Détroit ; et celui de la Motown. Celui-ci retrace l’histoire de la compagnie de disques Motown, inspiré du surnom de Détroit, la « Motor Town », qui changea l’histoire de la musique dans les années 1960 en produisant les plus grands artistes de soul et de rythm and blues.

Plus récemment, Détroit a vu l’émergence de la scène techno, dont les DJs ont profité des usines et des immeubles délaissés ou en ruine pour organiser des concerts sauvages. Chaque année depuis 2000, Détroit accueille le DEMF (Detroit Electronic Music Festival) au mois de mai.

Le reste de la ville et ses abords

Détroit fut d’abord un fort construit par les Français, le fort Pontchartrain du Détroit, établi par Antoine de Lamothe-Cadillac en 1701. L’héritage français s’y lit encore dans les noms des lieux, comme celui de Belle-Isle, qui représente le parc îlotier le plus grand des Etats-Unis. Sur la rivière Détroit, qui marque la frontière entre les Etats-Unis et le Canada, Belle-Isle est un coin de nature où se promènent les jeunes comme les familles, qui peuvent visiter le zoo de Belle-Isle et admirer de loin la ville de Windsor, sur l’autre rive, que l’on rejoint par un tunnel au sud de la ville. 

Autour de la ville, d’autres lieux présentent un intérêt culturel et historique, comme Port Huron et Mount Clemens, où vécut l’inventeur Thomas Edison. Sur la rue Heidelberg, on peut admirer le travail de Tyree Guyton, qui fait depuis plus de 20 ans de sa rue aux maisons abandonnées une installation artistique à ciel ouvert avec des matériaux de récupération.

Enfin les plus aventuriers pourront explorer les abords de la Packard Plant, gigantesque usine automobile abandonnée qui semble sortie d’un futur apocalyptique et donne la pleine mesure de désastre industriel qu’a subi Détroit.

Claire Perrin
115 contributions
Publié le 8 janvier 2015