Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le jeu de pelote chez les Mayas

Les grandes étendues planes et vertes que vous pourrez voir sur les sites mayas pendant votre voyage au Guatemala étaient les terrains de jeu des Messi et Ronaldo de l'époque. Ce n'était pas le football qui faisait fureur mais le jeu de pelote.

Le jeu de pelote

Au cours de votre voyage au Guatemala la visite touristique à ne pas manquer sur l'ensemble de cette partie d'Amérique Centrale est constituée par les sites archéologiques mayas. L'image que l'on se fait généralement de cette civilisation si riche est une immense et majestueuse pyramide. La culture maya ne doit par contre pas se limiter à cela. L'un des rites sacrés principaux était le jeu de pelote, une sorte d'ancêtre de notre football actuel avec son terrain de jeu, ses tribunes, ses spectateurs, ses stars. Qui sait, les aïeuls de Messi ou de Cristiano Ronaldo étaient peut-être mayas. Les parties étaient généralement suivies par les plus hauts dignitaires comme par exemple les prêtres, les nobles et quelques invités prestigieux. Les terrains étaient habituellement entourés de murs sur lesquels vous pourrez encore voir aujourd'hui des bas-reliefs souvent très beaux, très riches et bien conservés. Vous pourrez y distinguer diverses représentations et sculptures dont certaines donnent quelques indications sur les règles de ce jeu de pelote.

Bas-reliefs sur les murs du jeu de pelote

Les règles du jeu de pelote

A en croire les recherches et les conclusions des archéologues, le jeu de pelote revêtait un important caractère sacré. De ce que l'on en sait il se jouait à sept contre sept. Six joueurs de champ qui étaient guidés par un capitaine qui était quant à lui juché sur les murs des terrasses bordant le terrain de jeu. Le but était de toucher l'anneau de l'adversaire avec une balle en bois. pour ce faire, les joueurs pouvaient alors utiliser le pied droit, le genou, les hanches ou également une sorte de batte. Chaque partie s'achevait forcément par un sacrifice humain. C'est là que les avis des spécialistes divergent et qu'il est impossible d'être sûr de quoi que ce soit. S'il est à peu près certain que c'est le capitaine d'équipe qui était tué, personne ne peut affirmer lequel était sacrifié. Pour certains c'était le capitaine de l'équipe vaincue. Pour d'autres au contraire c'était le capitaine des vainqueurs qui recevait cet immense honneur de s'offrir au sacrifice. Bref, dans tous les cas, cela était une drôle d'ambiance de troisième mi-temps.

David Debrincat
896 contributions
Mis à jour le 6 juin 2016