Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Nazareth et ses thermes d’eau chaude naturelle

Nazareth est la troisième ville d’Ethiopie par sa population. Située au centre du pays, à environ 100 km de la capitale, Addis-Abeba, elle a été baptisée ainsi en référence à la ville biblique par l’empereur Haïlé Sélassié Ier. Ce nom, utilisé durant tout le XXe siècle, a laissé la place aujourd’hui au nom oromo ancien d’Adaama (même si Nazareth se dit encore).

Un peu d’histoire

Nazareth est la capitale de la région oromia. Au début du XXIe siècle, le gouvernement éthiopien a décidé de transférer le gouvernement régional d’Addis-Abeba à Adama, pour des raisons politiques, suscitant ainsi la controverse. Selon ses opposants, ce transfert entraînait une perte d’importance de la capitale du pays au profit d’Adama, en même temps qu’il chercherait à endiguer le développement du nationalisme oromo. Selon le gouvernement, Addis-Abeba était malcommode du point de vue du développement de la langue, de la culture et de l’histoire du peuple oromo. Finalement, au lendemain des élections de 2005, les plus démocratiques de l’histoire du pays, il a été décidé que les institutions régionales retourneraient à Addis-Abeba, l’opposition dénonçant un colossal gaspillage de fonds.

Cette anecdote illustre bien quelques-uns des problèmes de l’Ethiopie. Depuis l’instauration du fédéralisme ethnique, le gouvernement fédéral s’est appliqué à isoler les foyers urbains que sont Addis-Abeba et Hara et Dire Dawa, des développements du nationalisme oromo. Le redécoupage de la scène politique selon les « nationalités » met en concurrence trois identités, oromo, amhara et somali. En Ethiopie, la majorité ethnique revient au peuple oromo (32,1 % de la population), suivi de près par le peuple amhara (30,2%).

Les thermes de Sodere

A 25 km au sud de Nazareth, se trouve la petite ville de Sodere et ses thermes naturels d’eau chaude. Sodere épouse la rivière d’Awash, dans laquelle il est possible de voir des crocodiles, quelques rares hippopotames et de nombreux singes.

 

Descente de la Rivière Awash, Ethiopie

Pour accéder aux thermes, il vous faudra continuer un tout petit peu après la ville, jusqu’au Hot Springs Resort. En effet, le gouvernement éthiopien a décidé, en 1963, de créer un complexe hôtelier autour des eaux thermales, reconnues pour leurs bienfaits thérapeutiques, et en a rendu ainsi l’accès payant. Vous trouverez répartis au milieu des arbres et de la végétation, une piscine ouverte de taille olympique (déserte en semaine), un hôtel, un restaurant, une seconde piscine et un centre de conférence. L’endroit est très fréquenté durant le week-end par la population aisée de la capitale.

Si vous y venez, comme moi, en dehors des jours fériés, vous trouverez l’endroit d’une tranquillité absolue. Très vaste, arboré et frais malgré la chaleur ambiante, calme et sauvage (vous pourrez voir, avec un peu de chance, des crocodiles paresser sur la berge de la rivière qui longe le Resort, et des singes un peu partout), c’est véritablement un petit havre de paix.

Tout au bout du site se trouvent les thermes. Ils sont en plein air, donc à découvert mais des murets y assurent l’intimité et séparent les hommes des femmes. Vestiaires et casiers sont à disposition. Après avoir descendu quelques marches, vous trouverez un bassin, de la paroi duquel sortent d’énormes tuyaux d’où jaillit une eau brûlante. Si vous êtes courageux, vous arriverez à rester quelques instants dessous, sinon vous discuterez plus loin avec les habitués, les seuls pieds dans l’eau, assis sur le rebord.

Loleh Rustenholz
54 contributions
Mis à jour le 22 juillet 2016