Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

La Gambie : de l'empire Mandingue à l'indépendance

La Gambie, plus petit pays d'Afrique enclavé entièrement dans le Sénégal, a hérité d'une riche histoire par sa position stratégique sur les rives du fleuve éponyme.

Des vestiges très anciens

La Gambie est un pays particulièrement riche en vestiges historiques très anciens. Avec son voisin le Sénégal elle compte près de 93 cercles de pierres mégalithiques datant du IIIe siècle avant JC au XVIe siècle. On sait peu de chose de la signification sacrée de ces tombeaux, si ce n’est qu’ils représentaient des stèles mortuaires et qu’avec les morts étaient enterrés des poteries et des objets du quotidien. Ces sites sont classés au Patrimoine de l’Unesco et en Gambie on en trouve deux particulièrement intéressants, celui de Wassou et un peu plus loin celui de Kerbatch.

L'Empire malien, époque faste

On sait peu de chose de l’histoire gambienne jusqu’à son appartenance au grand empire du Mali, qui a connu son apogée au XIVe siècle et a établi justement ce fleuve comme frontière.

Mais toute cette prospérité africaine va être stoppée nette par l’arrivée des premiers explorateurs européens, attirés par les récits des commerçants arabes sur les incroyables richesses de cet empire, notamment son or.

Les premiers explorateurs européens

C’est le Portugais Nuno Tristao qui sera le premier à atteindre le delta du fleuve Gambie en 1446 mais il mourut dans le voyage retour. Mais le prince portugais Henri le Navigateur était si obstiné par l’or de Gambie qu’il envoya d’autres bateaux, qui découvrirent au passage les îles du Cap Vert.

C’est finalement le Vénitien Alvise Cada mosto qui réussit à remonter les 100 premiers kilomètres du fleuve et à se lier d’amitié avec des rois locaux, notamment le Roi Baddibu Batti Mansa. Mais les maladies tropicales eurent raison de l’équipage qui doit rentrer. Des missionnaires portugais se succédèrent ensuite mais le pays déjà bien islamisé ne s’intéresse pas à leur religion.

La colonisation britannique

Mais à la fin du XVIe siècle, les Portugais perdent leur droits commerciaux sur le fleuve Gambie, spoliés par les Britanniques. C’est en fait l’Espagne, qui dominant le Portugal, a négocié les colonies après la défaite de l’armada espagnole. Au XVIIe siècle, les Anglais cherchent toujours l’or, et en attendant intensifient la traite négrière à destination des Etats-Unis,  notamment en Virginie, mais aussi vers les Caraïbes pour l’exploitation de la canne à sucre. Il reste des vestiges de ce sombre passé à Jan Jan Bureh, sur le fleuve Gambie.

Une mère et son enfant en Gambie

En route vers l'indépendance

Si la Gambie est aujourd’hui une enclave dans le Sénégal, c’est qu’elle est le fruit d’une dispute âpre entre les Français et les Anglais. C’est le traité de Versailles signé en 1783 qui délimitera les deux territoires actuels : le Sénégal pour la France et la Gambie pour l’Angleterre. A l’abolition de l’esclavage, la cacahuète est introduite pour développer une économie rentable dans cette colonie, et fera les beaux jours de la Gambie jusqu’à la crise de l’arachide dans les années 1970. Entre temps, un jeune Gambien, David Jawara, fonde le People’s Progressive Party et devient Premier ministre en pleine crise de décolonisation. Il sera le premier président de la nation à l’indépendance le 18 février 1965.

La Gambie aujourd'hui

Si les dix premières années de son mandat se passent relativement bien, il s’allie aux politiciens sénégalais pour rester au pouvoir face à différentes tentatives de coups d’état, jusqu’à l’opération réussie en 1994 par Yahya Jammeh, nouveau chef martial qui installe un état policier dictatorial en muselant l’opposition et la presse. Si son pouvoir est discutable, il a réalisé des avancées notables dans les infrastructures du pays et l’éducation. Il est actuellement toujours au pouvoir et a décidé ces dernières années de miser sur le retour aux valeurs de l’islam en instaurant par exemple l’arabe en langue officielle à la place de l’anglais.

Camille Griffoulieres
225 contributions
Mis à jour le 19 avril 2016