Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Tarija

Infos pratiques sur Tarija

  • Point de vue
  • Etape de randonnée / Trek
  • Campagne
  • Montagne
  • Rivière / Fleuve
  • Vignobles
  • Lieu ou Monument religieux
  • Fêtes et festivals
  • Musées
  • Artisanat
  • Lieu ou Monument historique
  • Indispensable
4 / 5 - Un avis
Comment y aller ?
A 12 h de bus de Potosi
Quand partir ?
Toute l'année
Durée minimum
2 à 3 jours

Avis des voyageurs sur Tarija

Caroline Gourmaud Grand Voyageur
346 avis rédigés

Ville aux accents andalous, située à l'extrême sud de la Bolivie, Tarija possède les plus hautes vignes du monde. C'est le point de départ de la route des vins boliviens.

Mon conseil :
Impossible de quitter Tarija sans avoir goûté au Singani, la liqueur nationale du pays aussi connue sous le nom de pisco bolivien.
Mon avis

Les épicuriens prendront plaisir à séjourner à Tarija, ville du sourire mais aussi du vin bolivien, perchée à plus de 1860 m d'altitude. C'est dans ses collines verdoyantes que la majorité de la production viticole bolivienne est concentrée.

Moins connus que ses voisins argentins ou chiliens, les crus boliviens se défendent pourtant plutôt bien. Laissez vos préjugés de Français de côté et lancez-vous à la découverte des bodegas de la région à vélo. De quoi faire de l'exercice tout en se faisant plaisir !

Première dégustation : je suis agréablement surprise par l'arôme très sucré de mon cabernet-sauvignon bolivien. Le vigneron m'explique que cette saveur semblable aux fruits tropicaux est due à l'exposition intense des vignes aux ultra-violets. La suite ? Deux heures de balade à travers les paysages verts et ocres de cette contrée viticole.

Tarija est une étape parfaitepour se relaxer lorsqu'on voyage en Bolivie. C'est également là que j'ai pu boire mon premier Poncho Negro, un breuvage à base de Singani et de Coca-Cola. Mention spéciale pour les Tarijeños, les habitants de la ville, que j'ai trouvé beaucoup plus chaleureux que les Boliviens du nord. C'est peut-être une question de climat, qui sait...