Mon espace personnel

Sur la route entre Sao Luis et Fortaleza

C’est l’un des must pour qui vit ou visite le Brésil. Le chemin entre Sao Luis et Fortaleza est une des destinations phares de cette région. Je m’y suis aventurée à la fin de la saison des pluies pour éviter les grosses chaleurs de l’été. La route, qui se fait quasiment exclusivement en 4X4, permet de découvrir les plus hauts lieux du tourisme au Brésil. Bien que physiquement très fatigant, ce voyage reste l’un des plus beaux qu’il m'ait été donné de faire dans le pays.

Première étape, Sao Luis - Barreirinhas

Le voyage commence dans la ville de Sao Luis de Marahao, capitale de l’état du même nom. Entre les baies de São Marcos et de São José de Ribamar, la ville de Sao Luis est l’exemple même de la ville coloniale. La ville n’a pas vécu la révolution industrielle du début du XXe siècle et le centre historique est resté totalement préservé. Il a été classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1997. Le soir, dans les rues aux maisons colorées, les habitants se retrouvent au son d’une samba et sirotent une cachaça. Dans la moiteur de la soirée, cela crée une ambiance relaxante de laquelle on ne veut pas s’échapper. Pour bien prendre le temps de savourer l’atmosphère de la ville, deux ou trois jours sur place sont nécessaires.

Mais il est temps de prendre la route. Un peu plus de 4 h au milieu des dunes pour rejoindre la ville de Barreirinhas, principale porte d’entrée du parc des Lençois. Le chemin est un peu monotone mais le parc des Lençois est un incontournable lors de votre séjour au Brésil. Trois jours sont nécessaire pour profiter du parc.

Deuxième étape, Barreirinhas - Tutoia - Parnaíba

A la frontière entre les états de Maranhao et du Piaui, la route prend la direction de Tutoia. La petite ville en bord de mer ne présente d’intérêt que pour ses plages. La plage de Amor - littéralement plage de l’amour - est de loin celle qui m’a le plus plu. Déserte, entourée de dunes et de manguiers dont les racines ancrées dans le sol apparaissent ça et là, ce lieu est touchant par sa simplicité. A 120 km de là, de l’autre côté du Delta des Amériques, la ville de Parnaiba. Si vous voyagez entre juillet et janvier, au milieu des dunes et des mangroves, vous pourrez apercevoir, dans le ciel, la migration des ibis rouges, avec leur couleur flamboyante, rejoignant leur nid dans la forêt.

Troisième étape : Parnaiba - Jericoacoara

Rio Parnaiba

Après deux jours à Parnaiba, j’ai repris la route pour rejoindre Jericoacoara. Un long trajet de plus de 200 km qui s’enfonce un peu dans les terres avant de rejoindre la ville de Camocim. J’ai fait la première partie du trajet en bus avant de prendre un bateau. Au cours du parcours, de nombreux petits villages trés simples, aux maisons faites de bric et de broc, entourés de paysages incroyables. Ce tronçon du trajet est probablement celui le moins fréquenté par les touristes, c’est aussi celui qui est resté le plus authentique. En traversant les villages, comme celui de Chaval par exemple, on est bien loin de l’atmosphère oppressante des grandes villes brésiliennes.

L’arrivée par la plage à Jericoacoara est un moment inoubliable. Au loin, les fameux hamacs dans l’eau transparente, la plage de sable blanc et derrière les dunes à l’infini. J’ai passé quatre jours à Jericoacoara puis ai repris le bus jusqu'à Fortaleza. Cette dernière partie du voyage est la plus simple tant elle est fréquentée par les touristes. Il faut compter 5 h pour rejoindre la grande ville.

Adeline Haverland
63 contributions
Mis à jour le 22 janvier 2016