Mon espace personnel

A la découverte de la végétation et des animaux du Burundi

Le Burundi est un pays de l’Afrique de l’est, situé dans la région des grands lacs. En forme de cœur, c’est un pays de taille réduite : 27 834 km2. Il compte deux parcs nationaux, celui de Kibira et celui de Ruvubu, et cinq réserves naturelles. Une visite de l'un d'eux est incontournable au cours d'un voyage au Burundi !

Les parcs nationaux du Burundi

Contrairement à ceux de nombreux pays d’Afrique, les parcs nationaux du Burundi ne sont pas redevables à la période coloniale. Les réserves, à l’inverse, ont été délimitées en 1933, sous l’occupation belge.

Le parc national de Kibira, le deuxième plus vaste du pays, couvre 40 000 ha. Il est recouvert par un large manteau forestier et son altitude s’étage entre 1 600 m et 2 666 m. Le parc a été très abîmé par des défrichements et des abatages illégaux. Il abrite une flore très riche : 644 espèces végétales différentes y ont été dénombrées. La faune comprend des babouins, des chimpanzés, des colobes magistrats et autres primates. Mais aussi des chacals, des léopards (en voie d’extinction), des servals, des chauves-souris, des serpents et une quarantaine de familles aviaires. Pour visiter le parc, il faut loger dans les villes alentours : Bukeye, Banga, Busekera, toutes accessibles facilement en minibus ou en voiture depuis la capitale, Bujumbura.

Le parc national de la Ruvubu, à l’est du pays, couvre 50 000 ha ce qui en fait le plus grand écosystème protégé du Burundi. S’étendant sur des reliefs variés (chaînes montagneuses, collines, ravins profonds et plaines), il est couvert principalement par une savane arborée entrecoupée de forêts. Le parc réunit 44 espèces de mammifères dont des hippopotames, des buffles, des Cob Defassa, des phacochères, des chacals, des panthères mais aussi des primates, et d’innombrables espèces d’oiseaux. On peut loger dans les villes proches, Cankuzo, Muyinga, Karuzi ou directement sur place. Un projet d’aménagement d’un camping doté de tentes de luxe est à l’étude, mais actuellement seul le gîte de Gasave est une possibilité sérieuse. L’entrée est payante et la visite se fait à pied et en 4x4 (le parc est immense et il faut compter plusieurs jours pour en faire le tour).

Les réserves du Burundi

La réserve naturelle forestière de Bururi s’étend officiellement sur une superficie de 3 300 ha. Elle est située dans un massif montagneux, tout près de la ville du même nom et de la source du Nil. 250 espèces végétales et 22 espèces de mammifères y ont été identifiées, notamment des primates (le léopard semble avoir aujourd’hui disparu). Le principal attrait d’une visite demeure les 117 espèces d’oiseaux, dont certains endémiques. L’entrée est payante et la visite doit s’effectuer avec un véhicule adapté et un guide expérimenté.

Non loin de là, le long du littoral du lac Tanganyika, se trouvent les réserves de Rumonge et Kigwena. La réserve naturelle forestière de Kigwena ne recouvre aujourd’hui plus que quelques 500 ha, à la suite de réappropriations par l’agriculture. Elle abrite néanmoins encore de nombreuses espèces : singes, oiseaux, serpents ou papillons. La réserve naturelle forestière de Rumonge, un tout petit peu plus vaste, est menacée. Cette forêt sèche abrite des babouins, des singes verts, des chimpanzés, des antilopes, de nombreuses espèces d’oiseaux et des serpents venimeux. Les deux réserves peuvent être parcourues à pied, mais il y faut de bonnes chaussures, les sentiers n’étant guère entretenus. L’entrée est payante pour les nationaux comme pour les étrangers, et il est recommandé de prendre un guide.

Dans la réserve de la Rusizi

La réserve du lac Rwihinda, située au nord, est de petite dimension. Elle est essentiellement connue pour ses espèces aviaires : le lac est d’ailleurs connu comme le « lac aux oiseaux ». La réserve de la Rusizi, située à la périphérie de la capitale, héberge elle aussi de nombreux oiseaux, des crocodiles et des hippopotames que l’on peut voir de près.

Loleh Rustenholz
54 contributions
Mis à jour le 20 septembre 2018