Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Que faire ?
  • Quand partir ?
  • Comment voyager autrement ?
Obock

Obock (Djibouti)

Infos pratiques sur Obock

  • Rencontres locales
  • Plage / Station Balnéaire
  • Port
  • Lieu ou Monument religieux
  • Lieu ou Monument historique
  • Hors des sentiers battus
3 / 5 - Un avis
Comment y aller ?
A 5 heures de Djibouti en voiture
Quand partir ?
De septembre à mai
Durée minimum
Quelques heures

Avis des voyageurs sur Obock

Marie TSOUNGUI Grand Voyageur
190 avis rédigés

Chef-lieu du district du même nom, qui couvre tout le nord-est du pays, Obock est aujourd’hui une ville moyenne qui compte presque 25 000 habitants. Installée sur le littoral, dans le golfe d’Aden, elle est avant tout un port.

Mon conseil :
Prenez le temps de découvrir les quelques monuments historiques et de profitez de l'atmosphère de la ville.
Mon avis

Certes, la route est longue, depuis la capitale Djibouti. Mais elle est goudronnée depuis quelques années. C’est comme si la ville d’Obock revenait ainsi à la vie moderne, après des années d’assoupissement. Pourtant, son histoire est ancienne, plus que celle de la capitale actuelle.

Jusqu’à ces dernières années, Obock était une petite ville tranquille, à l’écart des principales routes de commerce maritime, et des principales routes terrestres. Le temps s’y écoulait lentement, au rythme du départ en mer et du retour des pêcheurs, de la visite d’amateurs de plongée sous-marine, installés dans l’un des campements à l’entrée de la ville.

Mais voilà que, après le prolongement de la route goudronnée, en 2009, c’est toute la ville qui devrait être redynamisée, avec l’installation d’une base militaire chinoise en remplacement du camp militaire secondaire américain, fermé à cette occasion. Voir les travaux colossaux entrepris par les Chinois pour installer leurs hommes à Obock m'a impressionnée…

L’histoire coloniale du territoire avait pourtant commencé à Obock : après des années de commerce avec les principaux ports de la région, c’est à Obock que Léonce Lagarde, représentant de la France, décide de s’installer dans les années 1880 et d’implanter l’administration du territoire… avant d’opter finalement pour Djibouti, en 1888. Certes, vous pourrez encore y voir plusieurs belles maisons coloniales, parfois décrépies, notamment celle du futur gouverneur Léonce Lagarde et celles des écrivains-voyageurs Henri de Monfreid et Arthur Rimbaud, mais la ville perdit à partir de la fin du XIXe siècle de sa superbe.

Exercice de l'armée à Djibouti