Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Les randonnées à Addis-Abeba, un bol d’air frais

Addis-Abeba a été fondée en 1886 par Menelik II. Son nom signifie en amharique « nouvelle fleur ». Trois ans plus tard, lors du couronnement de Menelik II, elle devient la capitale de l’Empire d’Ethiopie, statut qu’elle a depuis gardé. A partir des années 1900, la ville connait un développement rapide. En quelques décennies, elle est devenue la plus grande métropole du pays avec 5 millions d’habitants, en même temps que son centre politico-économique. Elle abrite le siège de l’Union Africaine, la Commission Economique pour l’Afrique, et plus de 120 institutions internationales et ambassades. Elle est considérée comme la capitale politique de l’Afrique.

Un climat changeant

Située à environ 2 500 mètres d’altitude, Addis-Abeba garde une température moyenne relativement douce (15°C). La période la plus chaude en Ethiopie va de février à mai, et la saison des pluies de juin à septembre. Néanmoins, même durant la saison des pluies, il est possible de bénéficier soit d’une matinée, soit d’une soirée sans averse. En général, orages et pluies sont brefs. Toutefois, profitez des heures d’ensoleillement pour vos visites de plein air, quelle que soit la saison. Le soir, la température peut rapidement baisser, il est donc conseillé de prévoir des vêtements adéquats.

Entoto

Situé au nord de la capitale de l’Ethiopie, le mont Entoto est parfois surnommé le poumon d’Addis-Abeba. Il permet en effet de sortir de la ville, immense et polluée, pour se mettre au vert. Couvert d’une vaste forêt d’eucalyptus abritant plusieurs monastères, il est considéré comme un lieu saint. C’est dans l’église Entoto Maryam que Menelik II fut couronné roi des rois par Abune Mathias, en 1889.

Avant Addis-Abeba, Menelik II et son épouse Taytu Betul souhaitaient construire leur capitale là où ils s’étaient installés : sur les collines d’Entoto. Mais le climat froid et venteux de l’endroit, leur a fait préférer la localisation actuelle. C’est la reine Taytu qui nommera la ville «  nouvelle fleur ».

A quelques minutes de voiture (ou de minibus) du centre-ville, c’est l’endroit favori des coureurs du dimanche et des athlètes éthiopiens. Paisible et vert, il offre une agréable échappatoire au grouillement incessant de la capitale. On accède au sommet par une route en lacet qui donne au marcheur, une fois arrivé en haut, une vue incroyable sur l’étendue de la ville.

Vue sur les montagnes entourant Addis-Abeba

Washa-Mikael

Washa-Mikael est une église perchée sur les hauteurs d’Addis-Abeba, au milieu de la végétation. Situé sur le mont Yeka, au sud-est, le lieu saint est peu connu du public et daterait du premier millénaire. L’église est en ruine mais constitue un monument remarquable. Le seul problème est de la trouver, car rien n’indique sa présence. Avant de redescendre, et après un court passage à travers bois, vous trouverez un belvédère avec une vue magnifique sur la ville.

Pour les plus téméraires

Si vous aimez marcher dans la montagne, voir de beaux points de vue et respirer au vert, il existe plusieurs autres collines ou montagnes autour de la capitale. Elles sont toutes habitées et peu de farenji (étrangers) s’y aventurent. Mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas y aller. Il n’y a pas forcement de route bien tracée comme à Entoto, mais vous trouverez toujours un chemin utilisé par les habitants du coin pour vous mener au sommet. Très souvent une église y a d’ailleurs été construite. Sinon, il vous suffit de marcher toujours tout droit, à travers les arbres, jusqu’à ce que vous soyez en haut. J’ai fait ça à plusieurs reprises sur les montagnes de Bella et de Jemmo et je n’ai jamais été déçue par la vue !

Loleh Rustenholz
54 contributions
Mis à jour le 17 février 2016