Mon espace personnel

Sur les pas de l'explorateur David Livingstone

Alors qu'il descendait le fleuve Zambèze, des chutes Victoria à Tete (au Mozambique), David Livingstone accède en 1859 au lac Malawi qu'il baptisa alors Nyassa (lac en langue chiayo). L'explorateur a laissé une empreinte indélébile au pays en raison de son combat contre l'esclavagisme mais aussi de sa contribution à l'impérialisme britannique. Plusieurs lieux dans le pays permettent de se replonger dans cette épopée, même si tous n'ont pas été foulés par Livingstone en personne.

Apprendre et préparer son périple à Blantyre

La capitale commerciale du Malawi, Blantyre, n'est pas seulement une ville vibrante et animée, elle renferme le tout premier bâtiment colonial du pays : le Mandala House, construit en 1882. Il abrite le siège et la bibliothèque de la "Society of Malawi", un endroit passionnant où l'on peut facilement s'attarder quelques heures. Des dizaines d'objets et cartes ayant appartenu à l'aventurier sont exposés. N'hésitez pas à rencontrer les membres de la "Society of Malawi" pour comprendre comment la vie s'organisait entre colons portugais, anglais et Malawites. 

Un simple coup d'oeil à la carte dessinée par David Livingstone lui-même est une invitation à l'aventure !

Nkhotakota ou l'espoir de Livingstone

Difficile de croire que cette petite ville de pêcheurs a été le théâtre d'une période sombre du Malawi, celle de l'esclavage de masse. 

Les vestiges de la mosquée Bondo, fondée par le commerçant arabe swahili Jumbe, rappellent la terreur qui régnait par ici dans les années 1840. Lorsque le commerce de l’ivoire s’est effondré, il fut remplacé par le commerce des esclaves jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les colons britanniques ont bouleversé la région en chassant les esclavagistes et ont interdit le commerce vers Zanzibar en 1895. Livingstone a campé près du port de Nkhotakota, au pied d’un arbre gigantesque en 1863. Homme de conviction, il avait  tenté de pousser l’empereur Jumbe à abandonner le commerce d’esclaves. Bien que symbole de l’agressivité de l’Empire colonial britannique, Livingstone s’est toujours battu contre l’esclavagisme qu’il considérait comme inhumain et cela bien avant qu’il ne fasse débat en Europe. Nkhotakota est maintenant un village de paix, où l'on respecte les mosquées tout comme l'héritage de Livingstone. Comme partout au Malawi, le passé est assumé et transmis librement.

Cape Maclear

Cape Maclear, enfer ou paradis ?

Ce petit paradis des rives du lac Malawi a autrefois été élu par les missionnaires écossais pour établir la base de leur entreprise. Faute à la chaleur et aux moustiques, ils choisirent de déserter les lieux pour s'établir plus au nord. La malaria avait causé des dommages importants parmi les Européens. Aujourd'hui, moins de moustiques, mais l'on comprend pourquoi ce coin de paradis avait été choisi par la mission écossaise.

Livingstonia, escale fascinante en l'honneur de l'explorateur

Ce petit village d'altitude, plein de vie et d'histoire, offre une plongée fascinante dans l'histoire. Les maisons de briques rouges trônent encore au milieu des forêts de pins. On pourrait se croire en Ecosse quand l'église est rejointe par une foule de fidèles le dimanche. Tous les jours de la semaine, on croise des centaines d'étudiants de l'université de Livingstonia, l'une des meilleures du pays. On ne pouvait rêver meilleure reconversion pour cette ville qui fut baptisée ainsi en l'honneur de l'explorateur britannique. 

En 1894, le docteur Robert Laws l'avait choisie pour l'absence de moustiques et l'air frais. On le comprend volontiers ! Les maisons et églises en vieilles pierres rouges, au milieu d’une nature luxuriante, offrent une balade culturelle envoutante. Ne loupez pas le musée de la ville. Vous apprendrez une histoire assez extraordinaire sur les Européens établis ici au XIXe siècle.

Livingstonia est un village mythique qui a en plus le mérite d'offrir une escale de fraîcheur pour les voyageurs.

Fred Jasseny
41 contributions
Mis à jour le 6 avril 2016