Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Sur les routes de la méditation dans la vallée de Paro

Le Bhoutan, dernier royaume bouddhiste de l’Himalaya, saura vous surprendre par sa philosophie spirituelle et son art de vivre, plus connu sous le nom de « Bonheur National Brut ». Vous y découvrirez des paysages montagneux sans pareil dans lesquels se nichent des temples centenaires inaccessibles. Parmi ces derniers, Taktshang, dans la vallée de Paro, est un haut-lieu culturel du Bhoutan.

La vallée de Paro

La vallée de Paro est à la fois le théâtre de plusieurs batailles historiques et une terre sacrée où se mêlent bouddhisme et hindouisme. Partez sur les chemins de méditation en commençant par le plus célèbre d’entre tous, celui qui mène au monastère de Taktshang, haut-lieu du bouddhisme au Bhoutan et dans le monde. Construit au-dessus d’une falaise de 900 mètres, il abrite une grotte sacrée, où médita l’un des fondateurs du Bouddhisme, ainsi que plusieurs temples richement décorés. Avant d’accéder au temple, arrêtez vous près de la chute d’eau dans le creux de la falaise et laissez vous bercer par le bruit de l’eau mêlé à celui des drapeaux de prière volant au vent des grands sommets.

En revenant vers Paro, ne manquez pas le sanctuaire de Kyichu Lhakhang. Il s’agit de l’un des 108 temples construits au XIIe siècle par le roi tibétain Songtsen pour immobiliser une déesse qui terrorisait les montagnes de l’Himalaya. Déambulez au milieu des chortens et enivrez-vous de l’encens local tout en vous laissant bercer par les chants des moines.

Monastère de Kyichu Lhakhang

La cabane de méditation au col de Chele-La

Si votre emploi du temps vous le permet (et que la météo est clémente), rendez vous au col de Chele-La pour un lever du soleil dans une cabane de méditation balayée par les vents à plus de 4000 mètres d’altitude. Marchez le long de la crête vers le Nord, en direction du Tibet. En une heure vous atteindrez une hutte servant aux militaires chargés de surveiller les installations radio du Bhoutan. Passez-y la nuit.

Chele-La

Mettez votre réveil et avant que le soleil ne soit levé, dirigez vous vers la petite hutte en pierre décorée de drapeaux de prières, que vous apercevez au loin. Vous assisterez alors à l’un des plus beaux levers de soleil de votre vie : l’astre nouveau se lève sur l’Est du Bhoutan et les neiges du Mont Jomolhari (7800m) rougeoient alors que la lune disparaît à l’Ouest derrière les hauts-sommets de l’état indien de Sikkim. Emplissez vos yeux de ce spectacle sans pareil avant de redescendre vers Paro apaisé et émerveillé, emportant avec vous un moment d’éternité.

Le monastère de Chempu

 Mon endroit préféré au Bhoutan : authentique et magnifique, vous ne regretterez jamais cette randonnée.

Le sentier longe une rivière dans une forêt enchanteresse avant d’atteindre un chorten. La dernière montée vers le temple est plutôt raide (on passe de 2800 à 2900 mètres d'altitude). Lors de la randonnée, vous apercevrez peut-être des pies, des faisans ou encore un coq des bruyères. Le temple de Chempu est un monastère du XVe siècle, fondé par un chasseur de reliques, Drugda Dorji. De par sa statue unique, c’est un lieu de pèlerinage unique très populaire.

Le point fort de la visite du monastère de Chempu est en effet la somptueuse statue du Bouddha flottant, Dorji Phangmo (Vajira Yogini). On dit que la statue aux riches ornements flotte miraculeusement dans les airs. Au premier regard, on peut penser que la statue repose sur son socle. Cependant, avec l’aide d’une lampe de poche, vous pourrez aisément glisser une pièce de papier entre le pied et le socle de la statue. Prenez le temps de discuter avec les moines et les officiers de police en faction, tous seront heureux de partager avec vous biscuits et thé chaud.

Il est commun de redescendre du temple en reprenant le même sentier. Cependant, il existe un autre sentier qui vous conduira près d’une chute d’eau d’environ 100 mètres de hauteur et plusieurs grottes. Ce chemin est raide, difficile car vous devrez traverser plusieurs zones humides. Si la saison est sèche, vous ne regretterez pas le détour ! 

François-Xavier Sahuc
27 contributions
Mis à jour le 13 juillet 2018