Mon espace personnel

Sur les rives de l'Amazone : Leticia et ses environs

Pour se rendre à Leticia, ville la plus au sud du pays, aux frontières du Brésil et du Pérou, il faut prendre l’avion car la présence des forces armées et l’absence de réseau routier empêchent de s’y rendre en bus. La petite ville de Leticia invite à prendre son temps et à être à l’écoute de la nature. Malgré sa chaleur moite et la sortie en masse de moustiques une fois la nuit tombée, la petite ville amazonienne est un lieu hors du temps où la faune et la flore s’imposent à la civilisation.

Premiers aperçus de Leticia

Déjà, l’arrivée en avion donne l’impression d’atterrir en plein océan de forêt tropicale : une petite piste d’atterrissage creusée au beau milieu d’une jungle abondante et dotée d’une grande palette de verts. A l’arrivée à l’aéroport muni d’inefficaces ventilateurs, il suffit de prendre un moto-taxi coloré vers le centre ou de s’y rendre à pied (tout ou presque se fait à pied) en évitant les abondantes flaques d’eau.

Postée sur les rives du fleuve Amazone, le charmant village de Leticia est une bonne entrée en matière pour explorer la jungle amazonienne, sa faune, sa flore et ses habitants coupés du reste du pays. Ici fleurissent les mythes sur les Amazones, ces guerrières farouches vivant en sociétés matriarcales mais le musée de l’homme amazonien aura vite fait de déconstruire ces mythes.

Avant que la ville ne s’éveille, la nature fait entendre sa voix et c’est un concert d’oiseaux exotiques et de mammifères qui ravit et surprend mes oreilles. Entre deux averses, ou plutôt déluges, il fait bon se reposer avec les perroquets au Parque Santander ou de déambuler dans les marchés artisanaux et de fruits et légumes de la ville. Sur les bords du fleuve, parmi les embouteillages de lanchas, les pêcheurs se disputent les meilleures prises, dont le pirarucu, délicieux poisson d’eau douce. La ville est aussi un lieu de fête prisé des Brésiliens qui viennent passer la soirée en pirogue avant de retourner dans leur ville-jumelle Tabatinga.  

Lanchas sur les rives de l'Amazone à Leticia

Traversée de l'Amazone

Pour une traversée de l’Amazone, le mieux est de se rendre à Iquitos au Pérou : trois jours de traversée au rythme du mythique fleuve. N’oubliez pas de passer par le bureau d’immigration sur l’île de Santa Rosa où se font tamponner les visas et d’où partent les ferrys quotidiens pour le pays voisin. Avant de monter à bord, procurez-vous un hamac dans l’un des marchés de Leticia et accrochez-le parmi les autres passagers dans ce dortoir flottant qui part une fois ses deux étages remplis. Je vous conseille de faire des provisions avant le départ car, si le prix du billet comprend trois repas par jour distribués à même le hamac, on arrive vite à cours de bière !

Excursion dans la jungle amazonienne

Depuis Iquitos, l’une de mes meilleures expériences fut d’aller camper dans la jungle amazonienne, là où nul être humain n’avait encore mis les pieds. Cela demande du temps et de l’argent car le mieux est de s’éloigner le plus possible de la ville (prévoir 4-5 jours minimum) et un guide est absolument nécessaire pour ne pas s’y perdre et comprendre la faune amazonienne. Malgré les armées de moustiques insomniaques, ce séjour au sein de l’exubérante flore amazonienne offre d’inoubliables paysages : aller observer les singes hurleurs au petit matin, croiser des grenouilles de la taille d’un petit lapin, nager avec les dauphins roses, aller chasser le caïman de nuit, traverser des tunnels végétaux en pirogue, y voir en pleine nuit grâce aux milliers de lucioles phosphorescentes…  Pour les aventuriers de tout bord, la jungle amazonienne réserve de merveilleuses rencontres et découvertes.

Melanie Denef
12 contributions
Mis à jour le 19 février 2016