Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

La province d'Imbabura, capitale de la musique des Andes

La musique andine est la musique traditionnelle et folklorique de la Cordillère des Andes. Pour découvrir des groupes locaux, il faut participer à la fête de la San Juan le 24 juin de chaque année dans la région d'Imbabura.

La musique, patrimoine culturel de l'Equateur

Il est impossible d'imaginer une fête dans les Andes sans la musique qui l'accompagne. A travers des siècles, cette musique s'est inscrite dans le patrimoine culturel de l'Equateur. D'influences espagnoles pour les instruments à cordes (guitare, harpe, charango, violon), aux influences andines pour les instruments à vents (zampoyas, flutes, flutes de pan), la musique andine voyage dans la cordillère des Andes, de la Bolivie, à l'Equateur, en passant par le Pérou. Assortie de percussions (maracas) et de chants quechuas, elle retrace l'histoire des Andes, en rendant hommage à la Terre sacrée, au Condor, au Soleil. D'autres chants traditionnels plus mélancoliques honorent les compagnes, les amours perdus, le souvenir d'un être, etc. Elle raisonne dans les fêtes locales, les carnavals d' Otavalo, d'Ibarra ou de Peguche et s'accompagne souvent de danses folkloriques.

Les échanges entre les différents pays de la cordillère ont enrichi cette musique. Inspirés par des grands groupes comme "les Kjarkas", qui ont à eux seuls permis la diffusion de la musique andine en Europe, les groupes locaux se développent. Vous entendrez sans doute leurs mélodies jouées par des groupes de la province d'Imbabura et reconnaîtrer d'autres groupes comme "Bolivia Manta", ou "Los trencitos de los Andes", qui ont aussi participé au développement de la musique andine traditionnelle.

Un violoniste d'Otavalo

Peguche, un itinéraire à suivre

Lors de la fête de la San Juan, dans le petit village de Peguche, vous pourrez participer aux rondes nocturnes des musiciens, qui sillonnent les patios des maisons en faisant raisonner leurs instruments de musique. Cette fête traditionnelle est l'occasion pour vous de découvrir des costumes traditionnels (masques de diables, poncho en peau de vache, cloches attachées aux pieds...) et de danser au rythme de la musique des San Juanitos, en tapant le sol avec vos "zapatos". Bien connu dans toute la région d'Imbabura, cette musique festive s'accompagne de chants exclusivement féminins et marque le début de l'été avec enthousiasme et légèreté.

Les artisans de Peguche fabriquent encore dans leurs ateliers leurs flûtes en canne ou en bambou. La matière première vient de la côte équatorienne.Les "quena" sont de taille variable, plus le tube est gros, plus le son qui en sort sera grave. Elles sont séchées et deviennent alors très dures, il faut donc les couper à la machine, et faire 6 petits trous pour les doigts et un pour le pouce. La fabrication artisanale de ces flûtes donnent aux musiciens une touche très personnelle qui leur est propre et unique dans la province d'Imbabura. Vous pourrez visiter les ateliers de fabrication artisanale qui restent toujours ouverts aux grands curieux !

Sylvia Rambaud
9 contributions
Publié le 6 février 2015