Destinations
Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Pistishí

Guide de voyage Equateur

Infos pratiques sur Pistishí

  • Famille
  • Point de vue
  • Montagne
3 / 5 - 3 avis
Comment y aller ?
A 2h30 en train d'Alausi
Quand partir ?
Toute l'année
Durée minimum
Une demi journée

Avis des voyageurs sur Pistishí

David Debrincat Grand Voyageur
896 avis rédigés

Au départ de la gare d’Alausi, l’excursion jusqu’à Nariz del Diablo est l’une des plus réputées de l’Equateur. Loin de l’émerveillement promis, le voyage jusqu’ici peut être totalement évité.

Mon conseil :
Durant les week-ends et périodes de fêtes, beaucoup de visiteurs se pressent à Alausi pour monter dans le train jusqu’à Nariz del Diablo. Il est impératif ces jour-là de réserver son billet à l’avance.
Mon avis

Au cours de mon voyage en Equateur, beaucoup de personnes m’avaient conseillé de venir à Alausi et de faire l’excursion en train de 2h30 jusqu’à la Nariz del Diablo. Le chemin est long pour venir ici et honnêtement je n’ai pas été transcendé par la balade.

Sur 12 kilomètres, la locomotive traîne lentement ses wagons en zigzagant au milieu de très beaux paysages, je l’avoue. Je suis arrivé devant la montagne Nariz del Diablo. « Nariz » cela se comprend facilement, la montagne a la forme d’un nez, mais pourquoi « del Diablo » ? Pour la petite histoire, la construction de cette voie ferrée a fait de très nombreux morts. Après les maladies, les accidents, les morsures de serpents, un ingénieur perdant l’espoir annonça que seule l’aide du Diable pourrait les aider à traverser cette montagne.

Est-ce moi qui n’ai pas su ressentir l’atmosphère de la visite mais je n’ai pas été passionné par la promenade ferroviaire.

Lorette Vinet Grand Voyageur
72 avis rédigés

Expérience de train comme toujours inoubliable dans ces régions du monde, même si, on est d'accord, seuls les touristes répondent présents pour descendre en une poignée de virages à 360°, quelques 1000 mètres de dénivelé.

Mon conseil :
Ne manquez pas cette aventure, levez vous tôt, essayez de vous installer sur le toit du wagon (à déconseiller à tous ceux qui souffrent de vertige cependant !!). Renseignez vous bien, le train ne circule pas tous les jours.
Mon avis

J'aime prendre le train quand je voyage, et celui de la Nariz del Diablo est le seul survivant en Equateur. Un ami équatorien m'avait rejointe, seul Sud-Américain au milieu de ce grand groupe d'étrangers. Nous étions sur le toit du train pendant une descente à vous couper le souffle. 

Il est dit qu'au moment de la conquête de l'Amérique du Sud, les Espagnols n'avaient pas réussi à franchir le passage pour aller évangéliser les indigènes. Et cet échec fut attribué au diable, qui les empêchait d'aller purifier le "peuple démoniaque". D'où La Nariz del Diablo...

A tout moment je m'attendais à ce qu'il déraille, mais non. Les changements de direction sont impressionnants, la vue, vertigineuse, les paysages, grandioses. Un bémol, le temps est nuageux ce jour là et la visibilité réduite. Mais qu'importe, ce trajet fait définitivement partie d'un des plus beaux moments de mon voyage en Equateur.

Julie Olagnol Grand Voyageur
173 avis rédigés

La Nariz del diablo (le nez du diable, en français) est la grosse attraction du trajet à bord du train des Andes.

Mon conseil :
Prenez impérativement une place vers la fenêtre pour profiter du spectacle.
Mon avis

Réputé pour être le train "le plus difficile du monde", l’autoferro est surtout devenu le train le plus rentable d’Équateur. Lors de ma venue en Équateur, il reliait Riobamba au lieu-dit de la Nariz del diablo – les Équatoriens aiment bien tout mettre à la sauce du diable – via Guamote et Alausi. 

Auparavant, il était possible pour les touristes de rester sur le toit du train. Cela devait alors être fabuleux. Mais, à l’automne 2008, une Japonaise s’est fait décapitée et les voyageurs ont dû s’installer sur les sièges. Beaucoup moins impressionnant du coup…

La dernière station du train est la gare désaffectée de Sibambe. C’est juste avant que l’on peut voir cette fameuse Nariz del diablo, qui n’est ni plus ni moins qu’un gros rocher. En revanche, il est assez amusant de voir le train reculer dans une situation relativement périlleuse (mais rien de fou non plus) pour faire demi-tour et revenir sur Alausi. Il y a beaucoup plus intéressant à faire durant un voyage en Équateur !