Mon espace personnel

Les gravures de Twyfelfontein : girafes, éléphants, lions...

Au nord-ouest d’Otjiwarongo, s’étend le Damaraland, un ancien bantoustan qui abritait jusqu’en 1989 des populations damaras. C’est dans cette région, appelée aujourd’hui le « Nord-Ouest », que se trouve Twyfelfontein, un site qu’il ne faut pas manquer de visiter lors d’un séjour en Namibie.

Une région aride pour écrin

Les abords du massif du Brandberg composent un paysage peu hospitalier, sec et rocheux, où la moindre source est un bien précieux. C’est pourquoi l’agriculteur qui s’installa là en 1947 baptisa le site, dans la vallée du Huab, Twyfelfontein, « source incertaine » : il n’était pas sûr que la source près de laquelle il s’installait suffirait à abreuver son troupeau et à irriguer ses terres.

Paysage aride de Twyfelfontein

Quoi qu’il en soit, des communautés de chasseurs-cueilleurs avaient vécu dans la région depuis près de 6 000 ans, puisqu’on y a retrouvé d’innombrables pétroglyphes qui composent le site d’art rupestre le plus important d’Afrique. Pour y accéder, il suffit de payer un droit d’entrée. Mais il est préférable de prendre un guide, qui vous conduira jusqu’aux rochers les plus remarquables.

Un safari lithique !

Le bestiaire des artistes-peintres est varié : on peut reconnaître, parmi les gravures, d’innombrables silhouettes animales caractéristiques de la région, comme des autruches et des girafes, des rhinocéros, des lions, des zèbres, des éléphants, ou encore des impalas, des flamants roses, des pingouins… Parmi ces nombreux tracés figurent aussi quelques représentations humaines (une femme enceinte…), mi-humaines mi-animales (un homme-lion…) et des empreintes et signes à la signification mystérieuse.

Comme pour la plupart des sites rupestres, il est hasardeux de donner une interprétation de ces gravures : certains penchent en faveur d’une représentation artistique ou tactique du gibier chassé, d’autres en faveur d’une interprétation chamanique, qui permettrait de donner également un sens aux figures humaines. Le mieux est de vous rendre sur place, pour vous faire une idée…

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 12 février 2016