Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

De Noukous à la mer d'Aral

Si Noukous n’est pas la destination que l’on trouve traditionnellement dans les circuits proposés en Ouzbékistan, elle n’en est pas moins intéressante. Notamment grâce à un l’un de ses musées et aux possibilités d’excursion vers la mer d’Aral qu’elle offre.

Un musée majeur

En arrivant à Noukous, vous vous rendrez vite compte que ce n’est pas une ville qui possède l’attrait esthétique des fameuses Boukhara ou Samarcande. C’est une grande ville au trafic incessant, aux bâtiments soviétiques pas franchement réputés pour leur beauté. Pas un intérêt fou en somme. Pourtant, le musée des Arts Igor Savitsky fait valoir la peine à cette étape ! On y découvre une riche collection d’œuvres d’art de l’avant-garde russe des années 20 et 30, une période encore artistiquement libre de tout réalisme socialiste. Ces pièces ont été réunies par Igor Savitsky à Noukous afin d’être protégées du régime soviétique chez qui elles n’éveillaient que rejet et mépris. Les quelques 80 000 pièces que rassembla le collectionneur, comptent également des pièces antiques du Khorezm, ainsi que de l’art populaire ouzbek et du Karakalpakstan. On complète la découverte de la ville par celle de son bazar, des plus attrayants !

Le bazar de Noukous

Vers la mer d’Aral

Il est alors temps de quitter la ville – sans grands regrets – pour en explorer les alentours. Noukous est en effet un excellent point de départ pour se rendre dans la zone de la mer d’Aral. Avant cela, on peut faire une escale à l’ensemble archéologique Mizdak-Khan, un ancien cimetière qui vaut l’arrêt. Puis on prend la direction de Mouynak, un ancien village de pêcheurs, que l’on atteint après quelque trois heures de route. L’un des plus grands ports de pêche de la mer d’Aral se trouve désormais à 180 km du rivage… Un vrai désastre écologique qui a entraîné la perte d’activité d’une immense partie de la population locale. Il est possible d’y voir le cimetière de bateaux, ainsi qu’un musée présentant l’histoire et l’évolution de la mer d’Aral. Deux jours semblent suffisants pour mener à bien les diverses visites évoquées.

Amélie Perraud-Boulard
66 contributions
Mis à jour le 22 février 2016