Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?
Covid-19 Evaneos vous informe
Tunisie

La Tunisie d’aujourd’hui

De décembre 2010 à janvier 2011, la Tunisie a connu la « Révolution de jasmin », qui a bouleversé le pays et le monde en initiant les « printemps arabes ».

En Tunisie, la contestation est partie de la ville de Sidi Bouzid (centre-ouest) avec l’immolation de Mohammed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes (17 décembre 2010). Les 12 et 14 janvier 2011 des grèves générales s’organisent dans plusieurs villes. Un nouveau slogan se diffuse : « Ben Ali dégage ! ». Le 14 janvier, pressé par son entourage, le président Zine el-Abidine Ben Ali quitte la Tunisie et s’exile en Arabie Saoudite.

Le 27 janvier, le gouvernement est remanié et les anciens ministres de Ben Ali exclus pour la plupart. Le 27 février, le Premier ministre Mohammed Ghanouchi (ancien partisan de Ben Ali) est remplacé par Béji Caïd Essebsi.

En octobre 2011 ont lieu les premières élections libres du pays : il s’agit de désigner les membres de l’Assemblée nationale constituante. Ennahda (« la Renaissance » en arabe), parti islamiste qui se veut proche de l’AKP turque, obtient 38% des voix et 41% des sièges. Le 13 décembre 2011, Moncef Marzouki, opposant farouche à Ben Ali, est élu président de la Tunisie par l’Assemblée constituante. Il forme une coalition avec Ennahda et nomme Hamadi Jebali, numéro 2 d’Ennahda, au poste de Premier ministre. Dès 2012, le gouvernement est contesté sur le plan social, économique et sociétal.

Voyager en Tunisie aujourd’hui

En décembre 2014, les élections présidentielles donnent la victoire à Béji Caïd Essebsi, du parti Nidaa Tounes, avec 55,68% des voix. Le successeur de Marzouki met notamment l’accent sur la lutte contre le terrorisme.

L’attaque contre le musée Bardo à Tunis, le 8 mars 2015, a causé la mort de 24 personnes (dont 21 touristes étrangers et 1 agent des forces de l’ordre) et fait 45 blessés. Cet attentat a été revendiqué par l’État islamique, le 9 mars. Dans les jours suivants, une grande marche est organisée à Tunis contre le terrorisme.

Plus de 120 000 personnes sont présentes avec pour mots d’ordre : « Tunisie libre, terrorisme dehors ».

Face à cet attentat, le gouvernement est soucieux de garantir la sécurité des voyageurs qui visitent la Tunisie. Des mesures de sécurité renforcées sont mises en place par les forces de l’ordre sur l’ensemble du territoire. Il est donc important de se conformer aux consignes des autorités. En outre, depuis août 2013, la région saharienne correspond à une zone militaire instaurée par les autorités : les déplacements sont soumis à une autorisation préalable.

Le tourisme en Tunisie, entre reprise et nouveaux défis

Malgré les difficultés, la Tunisie demeure toujours un pays d’accueil qui a reçu, en 2014, plus d’un million de touristes. Le tourisme est un secteur stratégique pour la Tunisie : il représente 7% du PIB et près de 400 000 emplois, soit 12% de la population active.

Plaine d'Oudhna

Si les chiffres de fréquentation de 2014 et du début de l’année 2015 sont en croissance par rapport aux années 2010-2011, ils demeurent encore insuffisants selon les professionnels du secteur.

Pour rattraper du terrain, le gouvernement mise sur la communication, via les réseaux sociaux ; tandis que les professionnels du tourisme souhaiteraient un soutien aux tour-opérateurs et aux hôtels. Des voix s’élèvent pour développer une nouvelle stratégie visant à améliorer la qualité, à diversifier et moderniser l’offre proposée.

Vers un nouveau souffle pour le tourisme tunisien ?

Face aux complexes hôteliers des grandes stations balnéaires bétonnées d’une partie du littoral, avec des offres toujours moins chères ; plusieurs entrepreneurs souhaitent varier l’offre des séjours en Tunisie. Il s’agit d’attirer les touristes dans l’arrière-pays afin de réduire les déséquilibres territoriaux entre le littoral prospère et des espaces ruraux négligés.

Il s’agit aussi de mettre en place des projets alternatifs au tourisme de masse : par exemple réaménager le parc hôtelier afin de faire venir des clients fortunés et créer des maisons d’hôtes pour redorer l’image de la Tunisie.

De telles tentatives commencent à émerger, notamment à Hammamet : principale station balnéaire tunisienne et haut lieu du tourisme de masse, qui cherche aujourd’hui un nouveau souffle.

Latéfa Faïz
306 contributions
Mis à jour le 11 septembre 2015

Idées de circuits

  • Hors des sentiers battus
Cap vers le Sud en autotour
Env. 12 jours à partir de 860 €
  • Hors des sentiers battus
De Carthage à Kairouan
Env. 9 jours à partir de 1 360 €
  • Incontournables
Grand Sud Express
Env. 5 jours à partir de 650 €
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage