Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

L’archipel Yaeyama, nature oubliée du Japon

Le Japon est devenu pour beaucoup de voyageurs une étape obligée de toute quête exotique aux antipodes. Le Japon étonne toujours, qu’on l’aime ou qu’on l’abhorre.
14 îles faiblement occupées, voire même inhabitées, forment l'archipel Yaeyama. Faune, flore et corail : l’archipel le plus méridional du pays présente une nature luxuriante grâce à des espaces miraculeusement préservés. L’occasion de se perdre dans le calme japonais, loin de l’agitation des grandes villes du pays façon Tokyo.
Une véritable parenthèse au cours d'un voyage au Japon.

La barrière de corail : joyau parmi les joyaux

Sur cet archipel, difficile d’éviter les plages. Après s’être posé à l’aéroport de Ishigaki-jima - le seul aéroport qui mène à ces îles - la première chose à explorer peut être cette magnifique barrière de corail - dont certains coraux sont très rares - qui protège les étendues de sable blanc.

Que ce soit sur l’île d’Ishigaki-jima, d’Iriomote-jima ou de Taketomi-jima, on jouit d’une végétation particulièrement abondante où des espèces de volatiles qui n’existent nulle part ailleurs se posent juste devant vos pieds ! L’archipel est donc idéal pour la pratique de l’ornithologie et de l’écotourisme de manière plus générale, et la découverte peut même porter jusqu’à deux îles encore inhabitées, Kojima et Uchibanari-jima.

Jungle d'Iriomote, archipel de Yaeyama

Iriomote, bel exemple écotouristique

Parmi les îles de l’archipel, une sort tout particulièrement du lot : Iriomote. Recouverte par une jungle à la végétation subtropicale sur la quasi-totalité de sa surface, Iriomote offre des possibilités de randonnées nombreuses dans cette nature encore mal explorée.

Pourquoi aussi ne pas aller explorer l’île semi-autarcique de Yubu après s’être fait conduire là à bord d’un char tiré par des buffles le long d’un chemin à gué ? Expérience exotique garantie !

Autre particularité de l’île, la présence d’un animal rare qui fait partie du patrimoine japonais : le chat Iriomote. Reconnu en 1967 comme sous-espèce féline, ce chat est protégé par les insulaires pour empêcher son extinction.

Bon à savoir encore : la première association d’écotourisme au Japon est installée sur l’île à l’initiative de l’auberge Takemori. Ne vous en privez pas pour passer la nuit.

Laetitia Santos
32 contributions
Mis à jour le 15 mars 2016