Mon espace personnel

S’évader au rythme des nomades dans la vallée de l’Orkhon

Région de lacs et de rivières, steppe infinie et paysages vallonnés, la vallée de l’Orkhon est un bel endroit pour découvrir la vie des nomades. Une bonne occasion de profiter de ces enivrants alentours pour s’essayer au rythme mongol !

Une découverte authentique

Un voyage en Mongolie garantit un dépaysement absolu tant la vision du monde, la vie y sont différentes et surprenantes. Durant le trajet entre la capitale et l’Orkhon, on rencontre des animaux fascinants, comme les yaks, qui poussent des cris semblables à des ronflements, et, au milieu d’une steppe aux nuances de vert, se dégage soudainement un désert, comme le Bayan Gobi, où l’on croise des chameaux.

Après de bonnes heures passées dans un bus des plus inconfortables, après une épopée romanesque à braver les éléments dans la jeep tout terrain, la fin du trajet se fait enfin ressentir à la vue d’un campement de yourtes proche des chutes de l’Orkhon. Des paysages aux teintes variées, entre steppe et collines, l’Orkhon offre des panoramas tantôt bucoliques, tantôt accidentés. Les yourtes, petites touches blanches dans une steppe verdoyante, s’harmonisent parfaitement au lieu. Cocons imperméables, les yourtes sont d’une résistance incroyable face aux éléments et au froid. Le poêle, centre de la yourte, doit être souvent entretenu puisque même en été, les journées (et surtout les nuits) peuvent être froides.

Chutes de l'Orkhon

La vie des nomades est aussi une vie de liberté, où chaque être vivant semble être considéré à sa juste valeur. Les animaux paraissent vivre en liberté, ils ne sont pas coincés entre des clôtures. Les chevaux vagabondent ici et là dans la steppe, on les perd de vue et les retrouve le lendemain ! La nature est respectée, admirée, c’est normal, puisque chaque élément peut être habité par un esprit. Une nature qui est passée maître et qui décide du sort de chacun. Ainsi, des squelettes d’animaux peuvent joncher le sol, et il y a encore peu de temps de cela, laisser un corps humain à l’abandon dans la nature faisait partie des us et coutumes. Cela fut interdit durant l’occupation soviétique.

Un moment hors du temps

Lors de votre voyage en Mongolie, vivre au rythme mongol, c’est aussi s’élancer tel un guerrier mongol dans un galop endiablé ! Le cheval, moyen de locomotion ancestral, fait partie intégrante de la vie des nomades. Les montures mongoles, bien plus petites que les nôtres en France, ne devraient pas inquiéter un débutant. Faire du cheval en Mongolie est une étape incontournable du voyage pour être au plus proche de la vie des nomades. Certes, les personnes peu accoutumées  passeront des heures courbaturées, mais parcourir la steppe dans un galop effréné est un moment inoubliable. On se sent épris d’une liberté incroyable. Puis, une fois passé le déchaînement du galop, le cheval arrive dans la montagne, cherche son passage dans un chemin accidenté, les paysages sont de toutes beauté dans des endroits où même les jeeps ne peuvent aller. Enfin, le soir arrivé, la première étape au premier des huit lacs se présage, une halte au campement de yourtes apaise les muscles rompus, des mets typiques, comme l’airag ou le beurre de yak, au goût très singulier, sont proposés. Et, dans l'attente d'une nouvelle journée passée à cheval, on peut profiter des alentours du lac.

Vallée de l'Orkhon - en chemin vers les huit lacs

Inspirante, enivrante, romantique, pittoresque et imprévisible, la Mongolie est bien un pays où les épris de liberté et les rêveurs solitaires trouveront leur bonheur !

Marie Cavalié
28 contributions
Mis à jour le 11 août 2015