Mon espace personnel

Bodnath : en procession autour du plus grand stupa népalais

Après les puissants séismes qui ont frappé le Népal en Avril et Mai 2015, le pays se reconstruit petit à petit. Cet article a été écrit avant la catastrophe.

À peine sorti du taxi, le changement d’ambiance est immédiat. On n'est pas encore dans le sanctuaire que le bourdonnement de la ville semble s’adoucir, que la vie semble ralentir. Bienvenue à Bodnath !

Bodnath, le plus grand stupa du Népal 

Dès les premiers pas dans le sanctuaire, on est tout de suite intimidé par la puissance spirituelle qui se dégage du lieu. D’une circonférence de 100 mètres, le stupa est le plus grand du Népal et force le respect. Sous les yeux de Buddha, dessinés sur chaque face du monument, on se sent tout petit. Les drapeaux de prières, virevoltant dans le vent, sont autant d’éclats de couleur qui contrastent avec la blancheur du stupa. De la base, qui représente la terre, le regard est irrémédiablement attiré vers la flèche, dont les 13 niveaux représentent les étapes à passer pour atteindre le nirvana.

Sur la base, on peut observer le dôme, qui ressemble à une meringue moelleuse, et qui symbolise l’eau, puis c’est la flèche, qui jaillit vers le ciel, étincelante et représentant le feu. L’ombrelle coiffe la flèche et symbolise l’air, et le pinacle, couronnement du stupa, symbolise la sphère céleste. L’ensemble est étrangement harmonieux et véritablement envoûtant. Serait-ce les yeux de Buddha, qui sont partout et vous observent où que vous soyez, qui exercent cette fascination ? Ou bien l’âme de Buddha lui-même, dont l’un des os est, selon la légende, enchâssé dans le monument ?

Une ambiance spirituelle envoûtante 

L’ambiance du lieu y est également pour beaucoup. Situé au centre d’une place circulaire, le stupa est bordé d’échoppes et de salons de thé, dont les fenêtres à l’étage constituent un excellent poste d’observation de la ferveur religieuse qui règne en contrebas. Venir à Bodnath en fin d'après-midi est un enchantement, quand tous les pèlerins entrent dans une danse frénétique autour du stupa, dans le sens des aiguilles d’une montre, tournant les moulins à prières pour libérer les paroles sacrées. C’est un tourbillon de couleurs et d’odeurs, le bordeaux des robes des moines, le noir des manteaux de pèlerins, le rouge, jaune, bleu des drapeaux de prières, les vapeurs d’encens, les flammes vacillantes des bougies au beurre de yak. On entend les murmures du mantra bouddhiste, om mani padme hum, psalmodié par les pèlerins, qui trouve écho dans la musique crachotée par les hauts parleurs des boutiques du coin. Vous vous souviendrez longtemps de cet air lancinant. Le spectacle est fascinant, magnétique et l’on peut facilement l’observer pendant des heures.

Bodnath

De Bodnath à Namo Buddha : à la découverte de la culture bouddhiste

Afin de profiter au mieux de l’endroit, l’idéal est de passer la nuit dans les hôtels qui jouxtent le stupa. Le soir, après le départ des touristes, est un moment privilégié pour se balader dans les petites rues animées, déguster quelques momos, et observer les peintres s’adonner à leur art avec dextérité.

Au matin, ne repartez pas sans faire un tour dans les monastères alentour, qui donnent un bon aperçu de la culture tibétaine bouddhiste, et recèlent de petites merveilles. Assister aux cérémonies est une expérience inoubliable, et les moines vous détailleront l’histoire des lieux et la signification des rituels sacrés.

Afin de prolonger l'immersion au cœur de la culture bouddhiste, continuez votre périple en visitant Swayambhunath, un stupa sur les hauteurs de Kathmandou ou dirigez-vous un peu plus à l'est, pour découvrir le magnifique stupa du Namo Buddha, qui offre des vues sublimes sur l'Himalaya. 

Pauline Girardey
12 contributions
Mis à jour le 16 mars 2016