Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Pourquoi partir à Shanghai ?

Shanghai fut mon chez-moi pendant deux belles années et cette ville occupe une place à part dans mon cœur, mais pas seulement… La cité de 25 millions d’âmes, plaque tournante financière internationale, occupe aussi une place à part en Chine. Répudiée car jugée trop peu chinoise ou adulée pour son dynamisme économique, elle laisse rarement indifférent. Si vous prenez le temps de la comprendre, Shanghai vous touchera au cœur : laissez-moi vous raconter pourquoi !

Connaître le passé de Shanghai pour comprendre son présent

Carrefour fluvial, Shanghai (qui signifie mot à mot sur la mer ) reste un port maritime modeste jusqu’au 19e siècle. En 1842 son destin bascule, lors de la défaite chinoise à la fin de la première guerre de l’Opium. Shanghai devient un des cinq ports ouverts aux étrangers, les Concessions sont créées. Sonne alors l’heure de gloire de Shanghai, où l’Occident rencontre l’Orient.

Cité du luxe et du capital pendant les Années folles, la ville accueille la plus large communauté étrangère d’Asie et attire des Chinois de tout le pays. Surnommée Perle (ou encore Paris) de l’Orient, Shanghai devient sulfureuse et cosmopolite. Le capitalisme s’y installe, des banques se construisent le long du fleuve Jaune (sur le fameux Bund ). En 1922, Albert Londres témoigne de cette effervescence financière dans La Chine en Folie :

« A Shanghai on fait de l’argent. C’est la matière première et dernière. […] Banque, Bank, Banking, Banco. Dix, vingt, cent, deux cents. Il n’y a que cela ! Vous n’osez plus lever les yeux. »

Shanghai s’intellectualise, les modes de pensée occidentaux confrontés aux traditions chinoises amènent de nouvelles idées - le Parti Communiste y voit notamment le jour en 1921. En parallèle la ville s’encanaille, dans une économie capitaliste, opium et prostitution vont bon train. Cela ne dure point : la Chine de Mao Zedong bannit cette incarnation de la dépravation occidentale. Shanghai plonge dans un sommeilqui dure près de cinq décennies.

Il faut attendre 1990 et la création de la zone économique de Pudong, à l’Est du fleuve, pour que Shanghai retrouve sa place parmi les villes majeures de Chine, mais aussi du monde. Là où se tenaient quelques entrepôts dans les années 1990 se dressent devant nous les tours les plus hautes de la planète. Aujourd’hui, je vous le confirme…

Le Jardin Yu, Shanghai traditionnel

Shanghai a retrouvé son rang d’antan, et l’a sans doute dépassé

A Shanghai, j’ai pu vivre à l’occidentale et j’y ai fréquenté cafés et clubs qui n’ont rien à envier à ceux des capitales européennes.

Tentez une expérience unique : en vous baladant au pied des édifices Art Déco et néoclassiques du Bund, regardez grandir les tours de l’incroyable Skyline de Pudong. D’un mois sur l’autre les gratte-ciel « poussent » à vue d’œil… A quelques pas de là, plongez dans le bouillonnement de la rue de Nankin, temple du shopping shanghaïen.

Mais Shanghai est une cité tout en contrastes. On y flirte aussi avec l’âme chinoise, ou du moins shanghaienne, en se baladant à travers cours carrées et Lilong - ces petites ruelles pavées typiques de la ville. Le linge est étendu aux fenêtres, des messieurs à la blanche barbichette discutent sur les trottoirs. Levez-vous de bonne heure et arpentez les parcs de la ville, vous y croiserez des Shanghaiens pratiquant leur tai chi et bien d’autres activités. Continuez la balade sous les platanes de l’ancienne concession française à la recherche des édifices coloniaux.

Shanghai c’est encorele plaisir du palais: vous y goûterez aux saveurs de la mer ou vous préfèrerez tester une cuisine d’une autre province de Chine, tant les bonnes tables sont riches et variées. Mais si je ne devais vous conseiller qu’un seul goût de Shanghai, ce serait celui des s hengtian, ces raviolis farcis grillés et emplis d’un jus délicieux. A ne manquer sous aucun prétexte lors de votre passage à Shanghai : la petite échoppe du 260 Jiaozhoulu dans le quartier Jing’An. L’adresse ne paie pas de mine, mais pour moins de 2€, orgasme gustatif garanti !

Trépidante, bouillonnante, effervescente ? Le seul moyen de définir l’indescriptible énergie de Shanghai, où le futur s’écrit sous nos yeux, est de séjourner quelques jours dans cette capitale hors normes… Et j’en suis sûre, vous affirmerez alors avec moi que les raisons pour se rendre à Shanghai sont sans fin !

Aurélie Croiziers
8 contributions
Mis à jour le 21 mars 2016