Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le Temple du Ciel : merveilleux paradis à ciel ouvert

Je n’ai rien vu de pareil jusque là ! Une merveille à ne pas manquer lors d'un voyage en Chine ! Le Temple du Ciel ensemble s’offre ainsi à moi sur plus de 267 hectares et regroupe différents espaces splendides : la Salle des prières pour la récolte, la Demeure du seigneur du Ciel, la Salle de l’abstinence et l’Autel du Ciel.

Je suis particulièrement éblouie par la Salle des prières. Celle-ci est considérée comme l’achèvement de l’architecture chinoise traditionnelle. Sa situation en haut de la colline me fait penser aux divinités. Il faut dire que le Temple du Ciel reste le symbole de la croyance chinoise selon laquelle la terre devrait être carrée et le Ciel rond. 

Le temple du ciel, Pékin

La Salle des prières pour la récolte : mieux se rapprocher du divin

Pénétrer dans l’enceinte du Temple du Ciel commence par un long passage couvert où toute la journée des Chinois jouent au jeu de Go. L’ambiance est décontractée, joyeuse, amusée. Le contraste entre l’aspect commun de la vie quotidienne et l’étourdissante vision de la Salle des prières donne le tournis, mais tous deux valent le coup de s'arrêter et d'observer...

Cette salle, véritable clou du spectacle, est abritée par un pavillon en forme de rotonde, haut de 38 mètres : l’effet sensationnel est immédiat. Trois cercles concentriques joints par des escaliers en marbre, quatre piliers intérieurs, vingt-quatre extérieurs, cette construction paraît sortie tout droit d’un rêve, je la trouve époustouflante ! Pas étonnant que l’empereur, considéré à l’époque comme le «fils du Ciel», y venait chaque année lors de cérémonies consacrées au Ciel pour célébrer les bonnes récoltes.

Un monument exceptionnel, patrimoine mondial de l’UNESCO

J’aime l’histoire du Temple du Ciel, qui a connu des phases de difficultés puis de réussites, nous rappelant ainsi que rien n’est acquis d’avance. En effet, avant d’être inscrit par l’UNESCO à la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1998, ce monument a connu bien des vicissitudes.

Achevé en 1420 pendant le règne de l’empereur Yongle, également responsable de la construction de la Cité interdite, il ne cessa par la suite d’être retouché jusqu’en 1749. Cette année-là, l’empereur Qianlong décida d’agrandir la demeure du seigneur du Ciel. Ce fut alors une période faste pour le Temple qui occupait 273 hectares de terrain.

Mais par la suite, le site connut l’occupation pendant la seconde guerre de l’opium, la révolte des boxers, puis l’abandon après la chute de l’Empire Qing. Tombé en ruines, il a été magnifiquement rénové pour devenir une étape incontournable de tout séjour à Pékin. Je vous l'assure, le Temple du Ciel a retrouvé toute sa splendeur.

Emilie Joulia
24 contributions
Mis à jour le 12 juillet 2016