Mon espace personnel

Déambuler dans les ruelles de Shanghai

Le vieux Shanghai s’est un peu assoupi mais il reste encore bien vivant. S'il faut désormais chercher un peu les ruelles qui témoignent de son splendide passé, leur décor et leur charme suranné ne vous laissera jamais indifférent. Les recoins oubliés offrent à nos yeux quelques souvenirs vivaces, témoins de l’histoire mouvementée et de l’agitation du passé de la mégalopole chinoise et, plus généralement, du pays tout entier qu'est la Chine.

Les ruelles disparaissent au profit des gratte-ciels

Elles ont été coupées, tronquées. Certaines ont même disparu dans de nouveaux grands ensembles. Pourtant, le visiteur doit pouvoir retrouver les rues d’autrefois. Il faut les imaginer réparties selon une philosophie urbaine qui visait une forme d’entraide. Elles se devaient d’être pratiques et facilement accessibles. D’abord des chemins, elles devinrent des ruelles quelques centaines d’années après.

Pour découvrir ces anciens chemins de passage à travers Shanghai, il faut d’abord se rendre dans le quartier historique qui se situe entre Fuxing dong lu et Dongjiadu lu. Ici, petites boutiques et commerçants n’ont pas encore disparu. L’histoire se retrouve dans la terminologie du nom des rues. En effet, celles-ci se terminent toutes par le mot «matou» (qui signifie «digue» et par extension «métier»). Les rues de l’époque avaient souvent des objectifs commerciaux et chacune avait sa spécialité ! La rue Yanmatou jie était par exemple celle des commerçants en charge du sel (yan).

observez la vie quotidienne dans les ruelles @flickr cc Kyle Taylor

Une ou deux préférences...

Un peu plus au sud de la vieille ville de Shanghai se situe l’une des ruelles préférées des connaisseurs : la ruelle du pharmacien. Son nom évoque un grand temple qui s’y trouvait autrefois, il était dédié au dieu des médicaments. Mais il n’en reste plus grand chose aujourd’hui, juste une pierre sculptée encastrée dans le mur rose d’une maison.

J’aime aussi particulièrement la ruelle de la lumière céleste. Ce nom poétique vient du fait qu’elle était située juste à côté des anciens bâtiments de l’administration locale, sur le trajet des câbles électriques. Cette ruelle fut donc la première à être éclairée. Si les câbles s’enchevêtrent aujourd’hui de façon non harmonieuse, il en était tout autrement à l’époque. A vous de laisser votre imagination travailler !

Mais dénicher et parcourir les ruelles de Shanghai n’a pas un objectif qu’historique ou architectural. A travers ces balades, c’est avant tout la vie quotidienne des Shanghaïens que l’on découvre. On y remarque du linge qui pend et de la peinture écaillée. Il y a aussi de vieux amis qui bavardent. Il semble que le temps se soit un peu figé.

Emilie Joulia
24 contributions
Mis à jour le 7 mars 2016