Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Antoetra et ses environs : découverte du Pays Zafimaniry

Les Malgaches des Hautes-Terres étant connus pour être un peuple de marcheurs, il était évident pour moi que le meilleur moyen d'aller à leur rencontre, et ainsi mieux les comprendre, était un bon trekking. Marcher loin des villes et de l'agitation, se laisser porter sur les pas de ces agriculteurs, ceux qui vivent du fruit de leur labeur et qui récoltent le fruit de leur ouvrage avec courage et dignité. 

Le bureau agricole de l'emploi

Depuis Ambositra, nous empruntons la RN7 en direction d'Antoetra et découvrons les Hautes-Terres. Véritable grenier à riz, cette région nous réconforte à l'idée que nos efforts de la journée seront récompensés et même honorés par la dégustation de l'un des riz les plus exportés au monde.

Ici, la culture du riz rythme la vie de toute une population. Ces rizières en terrasses offrent un camaïeu de verts en étages parfaitement sculptés, encerclant les villages construits à flanc de collines. La carte postale parfaite d'une nature somptueuse et généreuse, maîtrisée avec perfection par l'homme, avec ce sentiment de mettre un pied dans la peinture d'un grand maître de l'impressionnisme.

Puis, nous quittons la route à Ivato et notre chemin de terre s'éloigne des lignes de crêtes et plonge petit à petit dans la forêt, à la rencontre des premiers villages en bois : bienvenue dans l'univers mystérieux de la civilisation Zafimaniry pour une immersion en profondeur dans une véritable culture d'artiste !

Les bûcherons malgaches

Sous groupe des Betsiléo, l'ethnie des Zafimaniry, composée de quelques dizaines de milliers d'âmes, se concentre à la lisière de la forêt, à l'est d'Antoetra. Dans cet environnement boisé, elle puise de la forêt toutes ses ressources (le bois pour la construction, le bois pour se chauffer ou encore le bois pour sculpter, les plantes médicinales et le gibier, principalement des sangliers).

Authentique musée du compagnonnage - dont le savoir-faire et l'habileté ont été récompensés par l'Unesco en 2006 -, la visite du village de Tetezandrotra nous fait découvrir les précurseurs de l'assemblage sans clou. Sur les murs de ces maisons traditionnelles entièrement et finement sculptées en bois, des dessins géométriques symbolisent les différents statuts familiaux au sein d'un groupe ethnique : les liens familiaux (les tanamparoratra = des toiles d'araignées), la vie communautaire (les papintantely = les alvéoles de la ruche).

Zafimaniry

Comme dans tous les villages reculés, les traditions et les croyances perdurent et mieux vaut respecter les coutumes de nos hôtes d'un soir... Je défie donc celui qui osera refuser la tournée de rhum de notre équipe locale à s'aventurer dans les sentiers forestiers plongés dans l'obscurité sans accompagnement !

Autour du feu de camp que nous partageons avec les villageois, les échanges, joyeux et animés, s'éteignent petit à petit dans la nuit noire de cette forêt mystérieuse et profonde.

Le Culte de l'Ancêtre, preuve d'une culture vivante au temps présent

Au matin, la randonnée se poursuit dans cet environnement forestier empreint de culture et mysticisme. Comme dans un jeu de piste, nous avançons à la recherche de nouveaux indices, témoignages de l'existence bien réelle des traditions qui se perpétuent ici, en pays Zafimaniry.

Preuve parfaite que la culture malgache est toujours bien vivante, ces stèles en pierre ( les tsangambato appelés aussi tatao) dressées en hommage aux ancêtres sur les bordures des sentiers. La coutume exige que le visiteur, en signe de respect des anciens, dépose une offrande (un peu de miel, une pièce de monnaie ou encore du rhum local - toaka gasy - ) au pied de ces "pierres debout".

Quel honneur que de fouler ces terres chargées d'histoire et de croyances et de découvrir, au cœur de cette nature fascinante, ces œuvres sculptées de mains de maîtres !

Côté logistique

Pour réaliser cette randonnée garantie hors des sentiers battus, il ne suffit pas de parler parfaitement malgache ou d'avoir un excellent sens de l'orientation dans les rizières ! Au total, l'excursion dure 3 jours, avec une moyenne de marche de 3 à 6 heures. Depuis Ambositra, on empreinte la RN7 que l'on quitte à Ivato pour emprunter une piste sur près de 26 kilomètres afin de rejoindre Antoetra. A Sakaivo, Tetezandrotra ou encore Ifaliarivo, l'effort est vite récompensé par les nombreux contacts dans les villages traversés. C'est une véritable découverte du monde rural des Hautes-Terres qui ne manque pas d'intérêt !

Servane Rig
16 contributions
Mis à jour le 12 juillet 2016