Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Les Tsingys Rouges d'Irodo

Après avoir découvert les Tsingys de calcaire du parc national de l’Ankarana, partons explorer une autre forme de Tsingys, tout aussi impressionnante si ce n’est plus. Creusé par le fleuve Irodo au sud-est de Diego Suarez, un massif de grès rouge et de latérite s’est peu à peu évidé pour former un immense canyon. Encouragée par la déforestation que subit la région, l’érosion a créé au pied de ce canyon d’immenses formations de couleur rouge-ocre, appelées cheminées des fées. 

Des sculptures éphémères et un paysage en constante évolution

Les Tsingys Rouges d’Irodo sont donc différents de leurs homologues du parc national de l’Ankarana et de Bemaraha. Ces derniers, sculptés dans le calcaire et que vous verrez immanquablement lors de votre voyage à Madagascar, ont nécessité de très nombreuses années pour acquérir la forme qu’ils ont aujourd’hui et qu’ils garderont encore pour de longues périodes. Les Tsingys Rouges eux sont formés de grès, de marnes et de latérite rouge, matériaux beaucoup moins durs que le calcaire.

La nature du sol dans lequel ils sont creusés implique donc des échelles de temps beaucoup plus courtes : ici, l’érosion ne se fait pas à l’échelle de siècles mais bien d’années. Ainsi, de fortes pluies ou des crues importantes peuvent rapidement modifier le paysage des Tsingys Rouges, détruire certaines parties et en créer de nouvelles. Si vous retournez voir ces Tsingys d’une année sur l’autre, il est donc fort probable que vous n’ayez pas des photos identiques, même si elles sont prises du même endroit !

Rallye en 4L dans les collines de l’Analamerana

Pour vous y rendre, vous pouvez réserver votre aller-retour auprès d’un des tour-opérateurs de Diego Suarez qui vous amènera sur le site en 4x4. Beaucoup moins cher, vous pouvez également demander à un taxi de vous mener sur le lieu. Cependant, tous n’acceptent pas car la route est en assez mauvais état sur la fin du trajet.

En fait de mauvais état, il s’agit quasiment d’un rallye sur une piste sablonneuse cabossée où l’on traverse des forêts sèches et des vallons herbeux. De la crête de ces collines, on domine la région et on a une très belle vue sur la mer et sur la réserve spéciale d’Analamera. Comptez une petite journée pour visiter le site, une demi-journée en partant tôt le matin ou dans l’après-midi. Je vous conseille la deuxième option car la lumière de fin de journée est particulièrement belle et donne de superbes couleurs aux Tsingys.

Le canyon des Tsingys Rouges

Un canyon qui abrite des « cheminées des fées » et un dragon

Les Tsingys s’observent sur 3 sites différents auxquels on accède en voiture. Le premier permet d’admirer ces formations depuis le haut du canyon dans lequel elles sont créées. Suivant le moment de la journée, leur couleur peut varier du blanc au rouge en passant par le jaune et l’ocre.

Ensuite, le chemin continue pour découvrir une nouvelle vue sur ces géants de pierre et de sable. Le deuxième site possède des formations gigantesques et un magnifique point de vue sur le canyon qui s’avance devant vous. Avec un peu d’imagination, on peut voir un immense dragon sculpté dans le grès rouge, le paysage est tout simplement incroyable.

Enfin il est temps d’aller voir de près à quoi ressemblent ces « cheminées des fées ». Pour le troisième site, vous descendrez donc le canyon et longerez une petite rivière pour vous retrouver au pied des Tsingys. D’une matière plus molle, ceux-là ne sont pas aussi acérés que ceux en calcaire, leurs formes sont plus douces et leurs pointes plus arrondies.

Simon Hoffmann
239 contributions
Mis à jour le 7 mars 2016