Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Le cirque de Mafate et ses environs, un monde à part !

Le cirque de Mafate et ses environs (les îlets du haut et bas Mafate, le Maïdo, Dos d’Âne) dominent l’ouest de l’île. Des paysages sauvages sublimes qui méritent leur inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Un monde unique

Le cirque de Mafate est sans doute le plus sauvage des cirques de la Réunion. Un monde à l’atmosphère intemporelle et au silence olympien, enlacé dans un environnement singulier avec ses nombreux petits hameaux (les îlets). Une visite à faire lors de votre voyage à la Réunion

À la Réunion, le cirque de Mafate occupe une place à part : il n’est accessible qu’à pied, protégé du monde de l’automobile ! La beauté de ses paysages et son histoire expliquent cette aura particulière : pics acérés, arêtes saillantes, points de vue vertigineux sur les plateaux, cascades et autres ravines, sur plus de 80 kilomètres carrés.

Sans oublier les parois montagneuses d’impressionnants massifs, dont le Maïdo du haut de ses 2 205 mètres d’altitude. Près de 700 Mafatais vivent dans le cirque, de leur agriculture et du tourisme de nature.

Site d’exception pour un tourisme durable

La vie s’écoule paisiblement dans les hameaux retirés du cirque de Mafate : des lieux détachés du tumulte des centres urbains et des stations balnéaires du littoral.

On a coutume de distinguer deux espaces dans le cirque de Mafate : le haut Mafate (îlets de La Nouvelle, Roche-Plate, Marla, Trois-Roches) et le bas Mafate (Grand’Place, Cayenne, Aurère, Îlet-des-Orangers, Îlet-des-Lataniers, Îlet-à-Bourse, Îlet-à-Malheur et la Plaque).

Le haut Mafate est la partie la plus prisée par les touristes ; le bas Mafate est plus retiré et sauvage : un espace vierge à pénétrer. Le village de La Nouvelle (1 421 mètres) est considéré comme la capitale du cirque de Mafate, avec ses activités d’élevage et ses traditions agricoles. Mais à La Nouvelle s’égrènent surtout les gîtes ruraux : lieu de passage obligé vers la plaine des Tamarins et le piton du Maïdo.

Le hameau Marla (1 620 mètres) est le premier village que l’on rencontre en pénétrant dans le cirque depuis Cilaos. Son atmosphère apaisante mérite à elle seule le détour dans ce vaste plateau verdoyant de jardins champêtres, au son des troupeaux de vaches.

Aurère, le plus ancien îlet du cirque de Mafate, allie attraits touristiques et authenticité. Une vie au rythme de la nature et des randonneurs !

Vue du village d'Aurère

Un espace de randonnée

La montée du belvédère du Maïdo est un temps fort de tout séjour au cirque de Mafate. Le Maïdo offre l’une des plus belles vues sur le cirque et les sommets réunionnais : Gros Morne (2 991 mètres), piton des Neiges (3 070 mètres), Grand Bénare (2 896 mètres) et sur les îlets du cirque. Un panorama somptueux à découvrir en VTT pour les amateurs de voyages sportifs, au milieu d’une végétation tropicale faite de forêts de tamarins et de cryptomeria. Les randonneurs motivés partiront de l’îlet de Roche-Plate pour l’ascension des vertigineux remparts du Maïdo.

Si vous aimez les sites pittoresques, rendez vous à Trois-Roches pour son point de vue sur la rivière des Galets et les îlets du Bas-Mafate, et à îlet-à-Malheur pour sa vue sur le canyon du Bras Bémale et le piton Cabris (1 435 mètres).

Au nord du cirque de Mafate, le cap Noir, près du village de Dos d’Âne (900 mètres), propose une vue magnifique sur la rivière des Galets et l’ouest de l’île. Les adeptes de parapente feront une halte à Dos d’Âne, un site réputé de décollage notamment vers le pic de la Roche Écrite (2 276 mètres).

Je vous conseille de consacrer 4 jours à une randonnée itinérante dans le cirque de Mafate, idéalement en novembre-décembre ou mai-juin.

Latéfa Faïz
306 contributions
Mis à jour le 23 février 2016