Mon espace personnel

Voyager responsable en Birmanie, n’alimentez pas la junte !

Un voyage en Birmanie (aujourd'hui Myanmar) est un vrai cas de conscience : les droits de l’homme sont loin d’y être pleinement respectés et l’armée contrôle encore beaucoup d’institutions. Pourtant, maintenant que la Birmanie marche vers toujours plus de libertés et de respect, le tourisme peut être une source de développement économique permettant de lutter contre la pauvreté, et une façon de préserver les ressources naturelles et culturelles. Y aller peut donc être un véritable acte d’engagement, reste à partir averti. 

On s’adresse à qui en Birmanie ?

Côté compagnies aériennes, quelques mots s’imposent car le tableau n’est pas rose ! Myanmar Airways, la compagnie nationale, a longtemps été sur liste noire tandis que quelques autres compagnies telles Air Bagan, Air Mandalay et Yangon Airways sont privées mais appartiennent, sachez-le, à des proches du régime. Le train et le bateau sont eux aussi affiliés au régime, mieux vaut préférer les bus locaux.

Une fois sur place, évitez soigneusement toutes entreprises affiliées au Myanmar Travel & Tour, compagnie touristique contrôlée par le Ministère de l’Hôtellerie et du Tourisme. Votre argent ira directement dans les poches du gouvernement ! A fuir comme la peste donc. Optez davantage pour les petits commerçants locaux et autres vendeurs de rue.

Pour vous aider à dissocier le bon grain de l’ivraie, n’hésitez pas à consulter le site d'Info Birmanie, il recense notamment une liste d’hôtels à boycotter.

La Birmanie hors des sentiers battus

Nombreux sont les sites culturels qui restent inexplorés en Birmanie. Sans vous priver des plus célèbres, ne perdez pas de vue que les droits d’entrée demandés sont des taxes officielles qui viennent elles aussi gonfler les poches de la dictature.

Et en partant vers des sols moins foulés, vers des contrées plus reculées, c’est là que vous ferez à n’en pas douter vos plus belles rencontres avec la population birmane, multiculturelle.

Le peuple se compose en effet d’une grande majorité de Bamar auxquels viennent s’ajouter une multitude d’ethnies qui composent un patchwork coloré : Shan, Karen, Karenni, Mon, Kachin, Chin, Rakhine, communautés hindoues, bengali, chinoises, népalaises… Imaginez la diversité qui s’offre si vous osez voir plus loin.

Laetitia Santos
32 contributions
Mis à jour le 26 février 2016