Mon espace personnel

Randonnée en Andringitra, entre Pic Boby et Tsaranoro...

Aux portes du sud de la Grande Ile s'ouvre l'un des plus beaux massifs, sillonné d'itinéraires de randonnée : l'Andringitra ! Véritable frontière naturelle entre les hauts plateaux rizicoles avec ses maisons en briques rouges et les plateaux arides du sud, cette curiosité géologique offre un changement de paysage radical.

Pour découvrir ce décor de savane coiffé de granit qui se partage la vedette avec son voisin, le Parc de l'Isalo, il faut nécessairement quitter la RN7 et oser s'aventurer en brousse par la piste. Comme partout à Madagascar, plus vous vous éloignez, plus vous êtes récompensés...

L'Andringitra vous dévoilera alors des espaces sauvages d'une extrême richesse naturelle au coeur d'un environnement minéral étonnant, comme le "monde perdu" tel qu'on l'imagine à travers les récits de fiction. Si mystérieux et isolé, que l'on a hâte d'en découvrir tous les secrets !

« La Vallée rêvée », un trésor géologique surprenant !

Prêt au départ pour tenter l'aventure ? Alors, rendez-vous à Ambalavao dans le prochain taxi-brousse si vous parvenez à savoir où celui-ci commence sa course... Sachez ensuite que c'est à peu près la durée d'un long métrage qui vous sépare de Vohitsoaka pour parcourir seulement 37 kilomètres de piste !

Bienvenue dans l'Andringitra ou le "domaine des esprits", un lieu à part qui effraie encore les populations Betsileo et Bara. Associé à un sanctuaire mortuaire, ces ethnies portées par les croyances millénaires pensent qu'il est encore habité par les esprits.

Troublante et attirante à la fois, la silhouette gigantesque du Tsaranoro, un site touristique intégré dans l'Andringitra, est une carte postale mondialement connue par les grimpeurs. Avec ses grandes dalles de granit, ses failles, ses lignes irrégulières et ses cassures, le massif montre son invulnérabilité au visiteur de passage...

Forêt sacrée, palmiers d'altitude endémiques ou encore forêt de bambous, ce site naturel reconnu Parc National en 1998 présente une grande variété de de paysages, au-delà du chaos de blocs rocheux de granit aux formes étonnantes et aux lichens multicolores qui tapissent les arbustes, évoquant ainsi un véritable décor lunaire.

Mais l'Andringitra, c'est aussi, comme dans beaucoup d'autres endroits à Madagascar, un espace où se concentrent grand nombre d'espèces endémiques dans des écosystèmes très différents : 15 espèces de lémuriens dont environ 150 lémurs catta, ces fameux lémuriens rayés blanc et noir peu farouches, mais aussi plusieurs familles de lézards et, côté flore, des orchidées et ces fameuses plantes surnommées "pieds d'éléphant", les pachypodium.

Parc national de l'Andringitra, Madagascar

Le Paradis du randonneur...

Très prisé des randonneurs, le massif de l'Andringitra est propice à l'engagement athlétique dans un cadre de toute beauté !  Point d'orgue de ce challenge sportif, l’ascension du Pic Boby (2658 m), deuxième sommet de l’Ile Rouge, mais le seul réellement accessible. Dans une ambiance de montagne, 2h30 sont nécessaires pour rejoindre le pic, planté sur une arête qui vient stopper tous les nuages pour arroser les plaines agricoles situées en contrebas.

Pour les amateurs de trekkings, une autre randonnée exceptionnelle équipée de mains courantes pour sécuriser certains passages vertigineux, est celle du tour du massif du Tsaranoro, un total de 7 heures de marche pour un dénivelé proche des 1000 mètres. Au lever du soleil, une lumière chatoyante vient caresser cette grande falaise granitique de 800 m de hauteur.

L’épaule nord du Tsaranoro offre une très belle vue sur la Montagne du Caméléon dont le sommet culmine à 1450 mètres. Bien moins engagée, cette randonnée comble les amateurs de faune et de flore, le temps d'une boucle de 5 à 6 heures avec un dénivelé moyen de 600 mètres qui traverse la forêt sacrée du Tsaranoro, l'occasion de saluer au passage quelques lémuriens dans leur milieu naturel.

L'option "découverte" et nature pour les contemplatifs...

Pour satisfaire toutes les familles de voyageurs, d'autres circuits variés ont été aménagés depuis le Meva Camp, camp de base principal du massif de l'Andringitra où l'on plante sa tente pour quelques nuits contre environ 10.000 ariary.

Au choix, une journée de repos dans un décor somptueux ou encore une balade dans la forêt sacrée, avec la visite de la grotte de Jajofo, ancien refuge des Dahalo, les voleurs de zébus. Ces petites marches de découverte offrent plus d'une opportunité de baignade dans des piscines naturelles au pied de cascades rafraîchissantes. Les amateurs de sports extrêmes préféreront pratiquer le parapente ou l'escalade, côtoyant les voies infranchissables d'un massif réputé comme le plus haut lieu de grimpe de toute la Grande Ile.

Les moins téméraires mais tout aussi curieux partiront découvrir les villages traditionnels qui cerclent le parc, plutôt que de s'égarer dans la végétation sèche et hostile de la région. Par leur habitat typique en torchis, ces villages pittoresques des ethnies Betsileo et Bara vous ouvrent les portes d'une culture empreinte de traditions et de croyances.

Ici, le sens de l'hospitalité légendaire et la joie de vivre qui transpirent promettent des échanges chaleureux avec les populations, dès lors que vous prendrez le temps d'aller à leur rencontre. Les enfants, les premiers, vous accueillent avec chaleur et spontanéité. Dans ce massif, l'aventure ne se construit pas qu'à dose d'adrénaline : elle peut être aussi humaine, tout naturellement !

Servane Rig
16 contributions
Mis à jour le 4 mars 2016