Mon espace personnel

Les champs de la mort et l’histoire des Khmers rouges

Dans la capitale et dans sa région se trouvent de nombreux mémoriaux, musées ou prisons qui amènent au souvenir et à la réflexion sur l’histoire du génocide et permettent de comprendre l'immensité du drame. La guerre et l'occupation sont encore présentes dans toutes les mémoires, et cette période de l'histoire est donc encore un enjeu immense pour le développement du pays.  

Phnom Penh, itinéraire du souvenir

Le principal arrêt que l’on peut faire si l’on veut comprendre l’histoire khmère est la prison de Tuol Sleng, également appellée S-21, qui fut le principal centre de détention de Pol Pot, dictateur et meneur du mouvement des Khmers rouges. C’est aujourd’hui un musée, où rien n’a été modifié depuis le jour où les geôliers et les Khmers rouges ont déserté, en 1979.

En visitant le lieu, on ressent un profond malaise, surtout à cause du réalisme et de la dureté des images. Les champs de la mort, situés à l’extérieur de la ville, sont des lieux d’extermination. N'hésitez pas à choisir une visité guidée car cela permet d’avoir des détails précis sur la période du règne de Pol Pot, de 1975 à 1979. C'est une visite très dure et choquante, mais à faire pour ceux qui désirent voyager autrement, en essayant de comprendre les enjeux du pays. 

Pour les passionnés d'Histoire, il est aussi possible d'avoir une conférence avec des spécialistes du Cambodge d'hier et d'aujourd'hui. 

Espoirs de la jeunesse après les Khmers rouges

Un pays entier marqué 

Aujourd'hui, même si l'histoire des Khmers rouges est quasiment absente des manuels scolaires, les locaux essaient de palier à cette "amnésie collective". Vous pouvez regarder plusieurs films du réalisateur Rithy Panh, un des plus connus au Cambodge. Il a par exemple réalisé en 2002 un film sur les Khmers rouges, et son dernier long-métrage, en 2013, intitulé "L'image manquante", relate l'atrocité de la période sous la forme d'un film d'animation. 

Plusieurs expositions ont aussi eu lieu, pour les touristes et les locaux, afin de sensibiliser à cette période difficile : en 2010 s'est par exemple tenue une exposition sur le procès des Khmers rouges à Phnom Penh. 

Enfin, il y a dans toutes les villes du Cambodge, un monument aux morts du génocide et plusieurs temples dédiés à leur culte, afin de ne pas oublier ce qu'il s'est passé dans le pays. Vous les rencontrerez tout le long de votre voyage à travers le Cambodge.

Bettina Zourli
140 contributions
Mis à jour le 18 avril 2016