Nous restons à votre écoute du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00
Mon espace personnel
Service voyageur
Nous restons à votre écoute du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00

A fleur d'eau sur le Canal des Pangalanes...

Qui n'a jamais profité du pouvoir apaisant de l'eau ? Sources de vie, les fleuves, lacs, rivières et mangroves offrent plus d'une occasion de vivre un dépaysement total pour un enchantement des sens assurément propice à la relaxation...

Vivre au rythme de la navigation, en écoutant et en observant la nature omniprésente, voici une forme de détente qui invite tant à la découverte qu'au farniente ! Avis à tous les contemplatifs qui savent apprécier les bienfaits d'un environnement verdoyant et luxuriant pour se laisser bercer et surprendre, au fil de l'eau, tantôt par le souffle du vent dans une branche ou encore le vol d'un groupe entier d'oiseaux sauvages et colorés.

Bienvenue sur le Canal des Pangalanes, ou le "Kérala" malgache, le temps d'une très belle aventure fluviale qui alterne navigation, observation et rencontre avec les villageois.

Un axe de transit pour les échanges commerciaux..

Véritable enchevêtrement de rivières naturelles et de lacs artificiels sur près de 650 kilomètres, le Canal des Pangalanes, aujourd'hui utilisé essentiellement pour la navigation touristique, a été construit au XIXe siècle pour faciliter l’acheminement des produits d'exportation (vanille, café, litchis, bois, minerai, clou de girofle) vers le port de Tamatave.

Ainsi, la navigation maritime sur la Côte Est de Madagascar étant rendue trop risquée par son exposition à des vents extrêmement violents et dangereux, sa construction a permis de rendre une voie navigable aux péniches et chalands où l'on continue d'apercevoir des embarcations chargées à bloc de marchandises et de passagers parmi les pirogues et les pêcheurs.

Si une partie du canal n’est désormais plus accessible, les jacinthes d’eau ayant envahi la zone entre Vatomandry et Mahanoro, de nombreux itinéraires  s'offrent à vous au gré de vos envies et de votre budget...

Soit vous privilégierez l'aventure tronçon par tronçon au départ de Manangareza (gare fluviale de Tamatave) sur un chaland qui ne dépassera jamais 10 km/heure contre une modeste participation financière, soit vous vous rallierez à la croisière plus classique qui privilégie la découverte, avec des nuits en lodge ou campement.

L'eau, source de vie...

Derrière une étroite bande de terre qui le sépare de l'Océan où les vagues viennent s'éclater avec force sur une côte peuplée de baleines et de requins, le liseré bleu-nuit du canal est bordé d'une végétation luxuriante aux verts intenses d'une grande diversité. Palmiers, jacinthes d'eau, nénuphars ou népenthes de Madagascar, la variété de la flore confirme la beauté végétale d'une nature encore préservée.

Sur les berges du canal, la forêt humide constitue le refuge de quatre espèce de lémuriens, mais aussi des grenouilles, des tortues d'eau douce, des crocodiles du Nil, et, sur le seul site de Vohibola, de 38 espèces d’amphibiens et de reptiles dont 36 sont endémiques.

Décor enchanteur et destination privilégiée pour le naturaliste, le canal reste avant tout le paradis des ornithologistes : hérons cendrés, ibis, martinets, hirondelles des Mascareignes, perroquets, oies ou hiboux et bécasses... parmi lesquels, 50% d'espèces endémiques !

Canal des Pangalanes, Madagascar

Sur les berges, des rencontres insolites...

Au fil de l'eau, le paysage défile dans un temps qui semble s'être arrêté... Dans la plus grande des tranquillités, les habitants, comme de coutume, vous saluent à votre passage... Vous profiterez également de la lenteur de la navigation pour observer à votre tour les cultures de riz et d'épices (girofle, cannelle, poivre et café) des Betsimsaraka, mais aussi leur habitat traditionnel construit sur pilotis de bois et de matériaux végétaux, le "falafa", qui les protègent de l'humidité et des crues.

Empreint de croyances ancestrales, ce peuple lacustre de pêcheurs et de cultivateurs craint particulièrement l'ombre mystérieuse qui couvre l'eau assombrie par la nuit, voyant dans celle-ci le reflet d'un miroir qui les interpelle. Mais, au-delà des tabous qui régissent leur quotidien, c'est à bras ouverts qu'ils sauront vous recevoir sur la terre ferme, tantôt pour vous faire visiter une école, un dispensaire ou encore leur artisanat.

Isolées du tourisme de masse, Andranokoditra et Andovoranto, des coopératives villageoises créées en 2006 dans le but de développer l'économie des villages par des actions durables et de dynamiser le Canal des Pangalanes, vous accueillent dans deux écolodges, à partir desquels vous saurez apprécier le calme de plages désertes ou visiter la réserve protégée de Vohibola gérée par l’ONG l’Homme et l’Environnement ou celle du Palmarium, tout en vous imprégnant d'une richesse culturelle encore intacte.

Authenticité et quiétude sont véritablement les mots qui résonneront dans vos souvenirs de cette itinérance sur le Canal des Pangalanes, lorsque qu'à l'heure du coucher du soleil, face à l'océan et sous les pandanus, tout n’est que lenteur et bonheur... l'image par excellence du pays du "mora mora" d'où l'on ne revient pas forcément indemne !

Servane Rig
16 contributions
Mis à jour le 4 mars 2016