Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

La ville de Diego Suarez et sa baie

A l'Extrême Nord de Madagascar, Diego Suarez ou Antsiranana est un ancien comptoir colonial au carrefour du Canal du Mozambique et de l’océan Indien. Ouverte sur l’une des plus grandes baies du monde, la baie de Diego Suarez, la ville possède une atmosphère nonchalante et détendue, endormie la journée et festive la nuit.

La deuxième plus grande baie au monde

Antsiranana ou Diego Suarez est la capitale de la région Diana, à l’extrême Nord de Madagascar. Troisième port du pays, la ville joue un rôle économique important dans la région. Le tourisme y occupe notamment une place privilégiée puisque la ville et sa région font partie des destinations les plus visitées de l’île.

La ville porte les noms de deux explorateurs portugais, Diego Diaz et Fernan Soares qui l’auraient découverte aux alentours de 1 500. Autrefois repère de pirate, la ville compte aujourd’hui un peu plus de 100 000 habitants. Moins connue que son homologue de Rio de Janeiro, la baie de Diego Suarez est pourtant la deuxième plus grande baie au monde.

Une légende étonnante sur la ville

Situés dans un carrefour stratégique, la ville de Diego Suarez et ses environs sont occupés par les Français qui y installent leurs troupes en 1885. La ville va alors connaitre une forte expansion tournée autour d’une industrie militaire.

En 1942, les Anglais s’emparent d’Antsiranana, tombée sous l’occupation vichyste, lors de l’opération Iron Clad. Les clés de la ville seront rendues à la France à la fin de la Seconde Guerre mondiale, puis à son pays en 1960, lorsque Madagascar accède à son indépendance.

Une légende, dont on ne sait pas aujourd’hui s’il s’agit d’une invention ou d’une histoire vraie, court sur la ville de Diego Suarez. Au XVIIe siècle, une république du nom de Libertalia aurait été fondée par le capitaine Misson et un moine appelé Carracioli dans les environs d’Anstiranana. Mythe ou fait historique réel, cette république utopique ouverte à tous aurait été peuplée d’hommes libres, de pirates et d’esclaves affranchis…

Déambulation dans la vieille ville…

Diego Suarez est une cité agréable qui possède un charme désuet. De la place Foch en centre ville jusqu’au bord de mer, l’architecture vieillissante des bâtiments confère à la ville une atmosphère nonchalante.

Une rue dans Diego Suarez

Autour de la grande place centrale siègent la mairie, la poste et l’office de tourisme de la région. En descendant l’avenue Colbert qui s’ouvre devant vous, vous trouverez un grand nombre d’hôtels et de restaurant. Calme en journée, l’avenue s’éveille en fin d’après-midi au rythme de la musique des bars et discothèques et la fête dure jusque tard dans la nuit.

Plus bas, quelques anciens édifices coloniaux vieillissent tranquillement en front de mer. Je vous conseille de poursuivre votre chemin vers la jolie place Joffre qui surplombe la baie et depuis laquelle on a une belle vue sur la presqu’île de Cap Diego.

A l’est de la place Foch, de petites ruelles mènent à des hôtels plus calmes. Depuis l’anse Melville, la baie de Diego Suarez offre un beau paysage au milieu duquel trône le Nosy lonjo, le pain de sucre sacré de la baie.

Cette ville est un point de départ idéal pour découvrir le littoral du nord de Madagascar et ses plages de rêve.

Simon Hoffmann
239 contributions
Mis à jour le 4 mars 2016