Mon espace personnel

Déserts du Maroc : lequel choisir ?

Faire du dromadaire dans le désert marocain est un incontournable auquel vous ne pourrez pas échapper. Comment profiter d’une méharée inoubliable loin des hordes de touristes en short ?

Les dunes roses de Merzouga

Il existe deux spots principaux pour découvrir le désert marocain et il est bien difficile d’en conseiller un plutôt que l’autre tant ils sont différents. Le désert de Merzouga, connu pour ses dunes roses au lever du jour, est facilement accessible depuis les Gorges du Dadès ou les Gorges de Todra, deux sites sublimes et emblématiques du Maroc rural.

Merzouga se résume à une enfilade d’hôtels ; les touristes viennent pour faire un tour de chameau dans l’Erg Chebbi, et ceux qui n’ont pas encore de guide doivent s’attendre à être harcelés. Prenez le contre-pied et faites jouer la concurrence ! Au Maroc, les prix fondent comme peau de chagrin. Faire du dromadaire n’est pas très confortable pour le postérieur. Pas la peine de partir pour une méharée de plusieurs jours. Sans aller bien loin, on se sent vite au milieu de nulle part, surtout en basse saison. A l’automne par exemple, vous avez toutes les chances de crapahuter seul dans les dunes dorées.

Généralement, après 2 h de dromadaire, on s’installe dans un campement et on déguste un tajine avec son guide. L’hébergement est sommaire, sur des peaux avec d’épaisses couvertures. Je vous conseille de vous lever tôt pour admirer le lever du soleil. Vous serez de retour au camp de base pour 11 h. La plupart des hôtels vous laissent vous reposer si vous prenez le déjeuner en attendant votre bus.

Méharée dans le désert marocain

Palmeraies luxuriantes de la vallée du Drââ

L’Erg Chegaga se trouve au bout de la vallée du Drââ, une région d’oasis verdoyantes et de villages berbères peu fréquentée par les touristes qui s’arrêtent bien souvent à Ouarzazate ou s’éternisent à Marrakech. Le trajet n’est pas forcément fluide jusqu’à M'Hamid, la ville de départ des randonnées dans l’Erg Chegaga.

En chemin, il faut absolument passer une nuit à Zagora, la ville qui m’a probablement le plus marquée de mon voyage au Maroc. On se sent vraiment dans un conte des mille et une nuits. Sous une écrasante chaleur, on peut grimper jusqu’au Djebel Zagora, une sorte de petite montagne pelée qui toise la ville de berbères. Au retour, perdez-vous dans les palmeraies, en marchant sur les petits chemins comme les locaux.

Difficile de choisir entre Merzouga et la vallée du Drââ, je vous conseille même de faire les deux plutôt que de passer du temps à Casablanca ou Rabat, des villes finalement peu dépaysantes au regard de ce qu’offre de féérique le Sud du pays.

Julie Olagnol
173 contributions
Mis à jour le 23 février 2016