Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Un bon bol d'air frais dans les Hautes Tatras

Située au Nord de la Slovaquie, faisant frontière avec la Pologne, la chaîne des Hautes Tatras est une merveille de la nature. Et puis partir en trek est aussi une chouette manière d'aborder un pays !

Les plus petites hautes montagnes du monde

Elles sont surnommées "les Alpes miniatures" : la chaine des Hautes Tatras ressemble en effet beaucoup à ses lointaines voisines, mais en bien plus petit. Avec 60 km de longueur, 25 km de largeur, et des sommets atteignant 2650 m d'altitude maximum, elles osent tout de même se comparer aux hauteurs alpines, dont les pics s'étalent sur plus de 1200 km et dont le Mont-Blanc culmine à 4809 m. "On ne joue pas dans la même cour", pourraient dire les Alpes !

Et pourtant, cet espace resserré ne fait qu'exalter le caractère de sauvage beauté de ces montagnes : les cimes s'effilent encore plus vers le ciel, les cascades rugissent, les vallées s'enfoncent profondément, offrant aux regards des lacs si purs qu'ils en deviennent transparents comme du cristal quand ils gèlent.

En avant sur les sentiers !

A cheval entre la Slovaquie et la Pologne, le massif des Hautes Tatras est classé Parc National depuis 1948 en Slovaquie, depuis 1953 en Pologne, et "réserve de biosphère" par l’Unesco.

Ces montagnes sont donc extrêmement bien préservées, entretenues, et c'est un vrai bonheur d'errer dans cet écrin de nature. D'ailleurs tout est prévu pour en profiter : 600 km de pistes et de sentiers parcourent en tous sens ce massif, et chaque année ce ne sont pas moins de cinq millions de randonneurs, alpinistes, cyclistes, skieurs, qui viennent s'y extasier, tous adeptes du "tatrisme" (ce mot existe vraiment !). Voici le trek qui j'ai réalisé à travers ces montagnes.

Le chemin commence au charmant village de Javorová Dolina, dans la vallée fleurie du même nom : la Vallée des Érables. Là, ce sont les Belianske Tatra, les Tatras Blanches, appelées ainsi à cause de la roche calcaire du coin. Les couleurs du paysage ne se déclinent pas seulement en un camaïeu de gris clair : passé le col de Kopsé Sedlo, nous entrons au royaume du pin nain, et c'est le vert sombre de petites touffes serrées qui s'étale à perte de vue sous nos yeux.
Et nous atteignons notre première étape avec les lumières du crépuscule : Chata pri Zelemom Pleso, le « refuge du Lac Vert ». Tout en bois, au creux d'un cirque et au pied d'un lac, je me sens comme dans une véritable carte postale.

Sunset sur les Tatras

Au cœur des Tatras

Le lendemain, départ de Studená Dolina, la « vallée froide ». Crêtes dentelées, lacs d'altitude à foison, c'est un concentré de beauté sauvage, jusqu'au refuge qui surplombe une des extrémités de la vallée. Là, à plus de 2000 m d'altitude, pas de douches, et l'eau courante qui vient du lac voisin n'est pas forcément potable... Et pas d'électricité non plus ! Le cadre n'en est pas moins chaleureux : la lumière est fournie par de très belles lampes à pétrole, et pour compenser le manque d'eau le bar propose une impressionnante variété de vodkas et de bières !

Un p'tit coup de gnôle pour se donner du courage n'est pas de refus, vu ce qui s'annonce : le pic de Gerlach, culminant à 2655 m ! L'ascenscion est délicate et technique, et donc réservée aux plus spécialistes d'entre nous. Pour ma part, je préfère passer par les failles Sedlo Prielom et Poľský Hrebeň.

Enfin, le lendemain, nous arrivons au bout de notre randonnée avec l'ultime ascension du programme : le pic Rysy, le pic du Lynx. Peut-être pas la plus haute montagne des Tatras, mais la plus fameuse : à cheval sur la frontière slovaco-polonaise, il ne manque qu'1 m à ce pic pour atteindre les 2500 m ! La frustration d'être bloqué à 2499m ne l'empêche pas de prendre sa revanche en révélant une vue panoramique sur Morskie Oko, lac célèbre pour sa légende : un tunnel souterrain le relierait à la mer Adriatique – d'ailleurs son nom signifie "l'Oeil de la Mer".

Nous passons notre dernière nuit au Chata Pod Rysmy, le refuge sous le Mont Rysy. A 2250 m d'altitude, le plus haut refuge d'Europe Centrale nous offre chaleur et réconfort. Et c'est devant un coucher de soleil époustouflant que se conclut en beauté ce périple revitalisant, qui nous a fait découvrir un autre aspect de la Slovaquie.

Marlène Viardot
29 contributions
Mis à jour le 30 septembre 2015