Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Les façades immaculées d’Angra do Heroismo

Angra do Heroismo abrite une telle quantité de monuments anciens, datant du XVIe au XIXe siècle, que les amateurs de visites d’églises, de couvents, de palais, de châteaux et de musées seront aux anges. Pour ma part, j’aime aussi me promener dans ses rues et respirer l’air frais sur ses quais.

À l’abri du Monte Brasil...

Si le site d’Angra fut choisi pour l’établissement d’un port, c’est que Terceira se trouve à la croisée de routes commerciales importantes, entre Europe, Amérique et Afrique, à partir du XVIe siècle, et que le site est abrité par un promontoire volcanique, le Monte Brasil, qui ferme la baie d’Angra. Ainsi, il a suffi de construire un port, gardé par deux fortins, le castelo de Sao Joao Baptista à l’ouest et le castelo de Sao Sebastiao à l’est, pour que la ville devienne un carrefour de commerce important, plusieurs siècles durant.

Palacio dos Capitaes Generais

Le commerce colonial a alimenté son économie et son développement, les navires portugais et espagnols notamment y faisant escale à l’aller ou au retour de leurs voyages vers les Amériques. On peut découvrir la mémoire de cette époque en visitant le Museo de Angra do Heroismo (consacré à l’histoire de l’ensemble de l’archipel) ou en visitant le Palais des capitaines généraux (un ancien couvent qui servit de résidence aux représentants de la couronne portugaise à partir de 1766) et le Paços do Concelho, l’hôtel de ville d’Angra.

Arrêt sur image !

Mais vous pourrez aussi préférer vous promener de rue en rue à travers la ville, sans itinéraire précis, en faisant escale dans les églises et couvents qui jalonneront votre parcours. Car elles sont nombreuses, et elles invitent au repos : la cathédrale (Sé), du XVIe et XVIIe siècle, qui abrite notamment un orgue magnifique et de nombreux autres trésors ; le couvent et l’église de Sao Gonçalo, du XVIe siècle, l’église do Colegio, décorée de peintures et d’azulejos…

Et profiter des façades magnifiquement conservées ou restaurées après le tremblement de terre qui fit d’importants dégâts en 1980, s’alignant le long des rues, des ruelles et des places. J’y passerais des après-midi entières à flâner…

Marie TSOUNGUI
219 contributions
Mis à jour le 16 décembre 2015
Expérience ajoutée !
Vous pouvez ajouter d'autres expériences à votre projet avant de le transmettre à une agence locale
Voir mon projet de voyage