Où partir ?
  • Avec qui partir ?
  • Quelle activité ?
  • Quelle période ?
  • Quel style de voyage ?

Grandes figures de Macédoine

Malgré sa petite taille et sa faible population, la Macédoine qui compte un peu plus de deux millions d'habitants est le lieu de naissance de deux figures très différentes mais mondialement connues : Alexandre le Grand et Mère Teresa.

Alexandre le Grand

Étudiant d'Aristote, Alexandre le Grand devint le roi de Macédoine à seulement 20 ans. Il a réussi à conquérir l'ensemble du monde connu de l'époque, réalisant la création d'un empire qui se trouvait à la fois en Afrique du Nord, en Proche et Moyen-Orient, et se terminait en Inde, au niveau de la rivière Indus, où ses troupes ont refusé d'avancer davantage.

Sa mort continue d'être une énigme. Survenue à Babylone dans le palais de Nabuchodonosor II, un serviteur serait suspecté de l'avoir empoisonné, mais il n'y a toujours pas d'unanimité sur la question parmi les historiens.

Aujourd'hui, la figure historique d'Alexandre le Grand laisse beaucoup de controverses et de litiges entre la Grèce et la Macédoine. En effet, les deux pays se disputent sa paternité. Les Grecs avaient même bloqué l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN suite à ces désaccords !

Mère Teresa

Le travail associatif de cette femme d'Eglise durant 45 ans est connu par tous, mais peu connaissent la femme qui se cache derrière le personnage. Fille d'un riche couple, elle est née à Skopje. Dès son plus jeune âge, elle a trouvé sa vocation au contact d'une association de jésuites yougoslaves qui se sont installés dans le Bengale. Petit à petit est né en elle le désir de travailler comme eux dans cette région.

Peu après ses 18 ans, elle entre dans le couvent de Loreto (Irlande) où elle apprend l'anglais pour notamment communiquer à sa venue en Inde. Initialement, elle enseignait à des enfants à Darjeeling. Voilà où, selon ses propres dires, elle a de nouveau reçu l'appel de Dieu.

Elle a alors quitté le couvent pour aider les pauvres et les mourants. Ses débuts ont été pleins de difficultés, son association survivait grâce aux dons de nourriture et de fournitures. Mais, à sa mort, son institution comptait 4 000 membres au service des pauvres.

Peinture de Mère Teresa

Marie Foucaut
210 contributions
Mis à jour le 14 mars 2016